mercredi mars 30, 2011

Et la vague internet continue !

Sun Oracle Sun et OracleAvril 2009, voilà 2 ans (déjà!) qu'Oracle annonçait son intention - l'acquisition de Sun - , mettant ainsi fin aux nombreuses rumeurs et articles spéculatifs. Je me rappelle par exemple d'articles comme "Pourquoi IBM convoite Sun", ou comme "Rachat de Sun : comment Oracle a grillé la politesse à IBM et HP" (retraçant bien les diverses tractations du moment),  ou encore d'articles plus "philosophique" comme le brillant billet de Jacques Attali. Articles qui n'ont pas vieilli et qui sont toujours intéressant à (re-)lire 2 ans après.

Evènement donc très largement repris et commenté par la presse, annonçant un nouveau tournant dans le monde informatique : l'intégration intime du matériel et du logiciel …  !
Retour au commencement de l'informatique ? Un tournant dans le "marché communautaire du logiciel libre (open source) ? Quant est t-il aujourd'hui ?

Certes cette acquisition a pris plus d'1 ans pour s'officialiser selon la réglementation locale du pays (acquisition effective au 1er juillet 2010 en France), mais je ne m'étendrai pas sur le rôle qu'a jouer la communauté européenne (et en particulier la fameuse Neelie Kroes) sur le ralentissement du processus de rachat de Sun.

Du coté du "logiciel libre" (ou de "l'open source"), l'inquiétude de la communauté tourne désormais essentiellement autour de la "gouvernance" : où va t-on ? quelle roadmap ? quelle fonctionnalité intégrer ?
Il est clair que toutes fonctionnalités (tout travail) est "monnayable" et qu'un client intéressé par une fonctionnalité critique pour son business est prêt à la payer (au juste prix). Disons simplement que : "Il y a des clients qui ont plus de temps que d'argent à dépenser (ex. : secteur publique, etc.) et d'autres qui ont plus d'argent que de temps". Les clients ciblés par Oracle sont clairement ces derniers !
Concrètement aujourd'hui Oracle continue à investir dans l'open source pour une bonne partie de ses produits
et à reverser son code (ses optimisations) à la communauté. Un site "Free and Open Source Software @ Oracle" référence d'ailleurs toutes les contributions et projets Oracle en "open source", notons en particuliers les projets les plus populaires comme : Linux, Java, MySQL, GlassFish, NetBeans, OpenOffice, VirtualBox ...

Quoiqu'il en soit,  après maintenant 1 année "d'intégration" et de "digestion" Sun-Oracle, on peut dire que la machine "du tout bien intégré" est en route. A l'instar d'Apple avec ses produits révolutionnaires (iPod, iPhone, iPad …), de nouveaux produits Oracle innovants sont sortis ("Exa-Machines"), d'autres sont à venir, sans pour autant arrêter brutalement les anciens produits installés chez les clients existants (voir "Oracle Lifetime Support").

Bref, Oracle déroule (execute) sa stratégie "Engineered to Work Together" et ajuste sa vision. La vague continue, la "machine Oracle" a maintenant atteint sa vitesse de croisière : Bienvenue dans la nouvelle ère du "Cloud Computing" …

vendredi oct. 13, 2006

10 Ans ! Bon Anniversaire !

10 ans chez Sun

10 ans - 10 years

Voilà, c'est fait... j'ai passé (au 1er octobre) le cap des 10 ans chez Sun (... chouet je vais recevoir mon cadeau pour fêter cette décennie sunienne : un vase en cristal ou un service en argenterie, à moins que je choisisse plutôt la longue vue parce que le sac de golf je ne pense pas l'utiliser très souvent ...). Mais c'est non sans émotion que je grave (à jamais ?) cette page sur ce blog internet ... Car le logiciel chez Sun, c'est une longue histoire pour moi .... et encore plus pour Sun avec UNIX® et SunOS™ ... dès les années 80

A 1 an près (plus quelques mois) c'est aussi l'âge de Java (avec ses 11 ans), c'est donc aussi l'occasion de (re-)jeter un coup d'oeil sur cette belle histoire ... Oui, quel chemin parcouru en plus de 10 ans, aujourd'hui on peut dire que Java et vraiment partout, comme le résume assez bien cet article « "Java Powered" Everywhere » , et pas que dans les mobiles ou les cartes à puces, mais aussi dans le monde du PC (« Desktop ») comme par exemple des applications bien utiles et sympa : Jalbum, Map24, Qnext ....

En tout cas après 10 ans chez Sun, le goût pour l'innovation et les nouvelles technologies est toujours bien présent, et si on en croit les projets à venir, ce n'est pas prés de s'arrêter : pour rester dans le domaine de Java, avec des noms de projets comme BlueJ project ou JRuby project ... on n'est pas en manque de créativité ni d'inspiration !

vendredi juin 30, 2006

OpenSolaris, 1 an après son lancement ...

Open Source

Innovate on 

OpenSolaris C'est : 33.000 téléchargements, 14.000 membres, 100 Contributions, 40 communautés, 28 projets, 29 groupes d'utilisateurs et 5 distributions ! Joyeux anniversaire !

De nombreuses choses se sont donc passées en 1 an, beaucoup de choses positives pour l'innovation et pour Sun comme le retrace cette vidéo : the OpenSolaris story. En effet, difficile de séparer OpenSolaris de Solaris « tout court » : l'innovation et l'apport de nouvelles fonctionnalités à l'un bénéficie immédiatement à l'autre et vis versa. On note ainsi une adoption massive cette année, dans le monde et notamment en France, de Solaris 10 par les grands comptes et clients majeurs de l'industrie (dont 85% des Fortune 500)... ! Et plus de 5 millions de licences Solaris 10 ont été enregistrées en 1 an ! Ce serait plus que tous ses compétiteurs rassemblés sur les 18 derniers mois !.

Ces chiffres montrent bien l'intérêt d'associer un modèle économique à un modèle open source. Cet engouement s'illustre d'autant plus avec la création de 5 distributions dérivées de OpenSolaris :

  • MarTux : une distribution pour SPARC utilisant gcc (et non le compilateur Sun) et Xorg (et non Xsun).
  • SchilliX : première distribution open source qui était disponible seulement 1 semaine après la publication du code source d'OpenSolaris (fin juin 2005). Amélioration de Xorg, développement de pilotes réseau (NIC driver) et rajout d'une variété de package open source (cdrecord, ...).
  • NexentaOS : résulte du désir de marier le meilleur des 2 mondes OpenSolaris (pour son noyau SunOS) et Debian (pour son mécanisme de packages). Permet de bénéficier de la liste importante de packages Debian (logiciels additionnels dans de nombreux domaines : Administration, Communication, Graphisme, Jeux, Réseau, Utilitaires, ... ).
  • BeleniX : est en fait un liveCD (s'exécutant directement à partir du CD) construit autour des sources d'OpenSolaris qui permet au plus frileux de tester Solaris, voire même de l'installer facilement sur son système. Né au sein du « India Engineering Center » de Sun, il est développé à Bangalore (la « Silicone Vallée » de l'Inde).
  • et Solaris Express : développé par l'engineering Sun, offre les dernières nouveautés qui seront intégrées dans la prochaine distribution officielle de Solaris (= « snapshot mensuel » du futur Solaris 11). Permet d'anticiper, de prévoir ou d'orienter les développements vers ce que sera la prochaine version Solaris officiellement supportée par Sun..


  • Rappelons, les fonctionnalités clés innovantes de Solaris 10 et (apportées à) OpenSolaris : le nouveau système de fichier dynamique (Solaris ZFS), la virtualisation (Containers, Xen), l'optimisation des performances (DTrace, multithread, SMP, TCP ...), l'anticipation et l'auto-réparation des pannes (Predictive Self-Healing, Solaris Fault Manager), la sécurité (Trusted Solaris, Solaris Process Right Management, Solaris Secure Shell ...). Sans oublier l'apport de : sa maturité historique (robustesse, stabilité...), l'optimisation pour les nouveaux processeurs multi-coeurs (SPARC ou X64), et une liste importante de systèmes supportés (du laptop au high-end).


    Pour finir n'oublions pas que Solaris Enterprise System est disponible gratuitement pour évaluation, développement ou même pour une utilisation en production !
    Solaris Enterprise System c'est l'intégration de Solaris 10 (accompagnés des ses nombreux « logiciels libres ou freeware » ) avec toute la pile de logiciels Sun : les logiciels « postes clients », les logiciels d'infrastructure web (Sun Java Enterprise System), les outils de gestion/déploiement automatique de systèmes (Sun N1 Software) et les environnements de développement (Sun Studio, Java Studio, NetBeans)


    Pour plus de détails, voici les 2 pointeurs de référence : http://opensolaris.org et http://sun.com/solaris

    PS : Et Linux dans tout ça ? Voici une analyse (et vidéo) intéressante de Marc Andreessen (Ning) : "Solaris is a better Linux than Linux"

    mardi nov. 29, 2005

    L'Open Source est t-il inévitable ?

    Open Source Open Source Oui, si on arrive à gagner de l'argent avec !

    L'open source est un état d'esprit, basé sur les principes de partage du savoir, d'ouverture et de transparence. Ce système qui pouvait sembler un brin utopiste, est en train de clairement se positionner face au modèle traditionnel (dit « propriétaire » ) qui dominait, jusqu'ici, l'industrie du logiciel, à savoir : chaque ligne de code développée par l'équipe de programmeurs étant jusqu'alors secrètement gardée et bien souvent protégée à coup de brevets intellectuels.


    Mais, si la vague de l'open source est bien réelle, le choix de partir vers de l'open source tant du coté client/utilisateur que du coté éditeur/développeur n'est pas évident pour autant... sauf si on est certain de pouvoir gagner de l'argent avec !

    Oui, autant briser tout de suite l'idée utopique que des logiciels open source aux fonctionnalités miraculeuses seraient développés « à temps libre » par des communautés passionnées et acharnées, dans le seul but de partager du savoir ou produire du code gratuit (et accessoirement bénéficier d'un peu de gratitude ou de reconnaissance symbolique des autres...).

    Du coté client (et utilisateurs), on a trop souvent tendance à confondre (par abus de langage?) « Open Source » (« Logiciel Libre » en français) avec « Freeware » (« Logiciel Gratuit »). Le premier n'est pas nécessairement gratuit (bien que ce soit le cas généralement) et le second bien qu'il soit gratuit n'est pas nécessairement libre pour diverses raisons (généralement la non disponibilité des sources, protection par brevets,etc.). Toute la difficulté, pour un client, réside d'une part, en la bonne qualification de son besoin, et d'autre part, au bon choix de la solution pour y répondre : couvertures fonctionnelles, criticité, maturité, pérennité, évolution, garantie, support, exploitation, intégration, migration, formation, coût total, ... autant de critères spécifiques à son propre environnement qu'il n'est pas simple d'évaluer, de qualifier dans ce contexte. Ce qui nécessite en interne, une étude sérieuse, une approche pragmatique, des responsabilités, des compétences techniques, et du temps. Les administrations, universités, grandes écoles ou entreprises à forte technicité sont les premières à s'être logiquement orientées vers le choix de l'open source.

    Du coté éditeur (développeur « traditionnel » de logiciel), l'idée de faire de l'argent avec « de l'Open Source » (« du Libre ») ou avec « du Freeware » (« du Gratuit ») semble moins intuitive, mais de nombreux exemples existent pourtant déjà. L'open source c'est aussi permettre une rémunération autour de ce « produit de base gratuit », histoire de pouvoir poursuivre ces développements. Un produit aux fonctionnalités plus avancées (que le produit de base open source ou freeware) pourra être payant. L'installation et la configuration sont des services payant qui pourront être proposés en standard. La mise à jour, l'évolution, le support, la maintenance, un engagement de performance ou une garantie particulière pourra également être un service complémentaire payant. Nous pouvons citer de grands exemples comme RedHat, Google ou Yahoo (ou même Free en France) qui, fournisseurs de solutions, ont réussi a tirer parti des bénéfices de l'open source. Comment ? D'abord, en développant ses propres produits "métiers" sur la base de produit open source, puis en créant un écosystème et du volume en le(s) diffusant gratuitement (publicité, notoriété), et enfin en vendant des services (ou produits) complémentaires, suffisamment pour être rentable, voire très rentable...

    Entre clients et éditeurs on retrouve les sociétés de services, les grandes SSII (IBM, CGEY, ATOS, ...) ou de plus modestes SSLL - Sociétés de Services spécialisées dans les Logiciels Libres - (IdealX, Linagora, ...). Ce sont les premiers à avoir senti le vent tourner et à avoir pu bénéficier (avec plus ou moins de succès) du potentiel générateur d'affaire autour de l'open source. A la base spécialisés dans la vente de services et de prestation intellectuelle autour de produits, ces sociétés de services ont pu facilement s'infiltrer dans la brèche alors ouverte par l'open source, en proposant leur services complémentaire de mise en oeuvre d'une solution clés en main pour le client. Les SSII n'ont donc eu aucun mal à orienter leur stratégie vers l'open source sans pour autant s'impliquer franchement dans le mouvement open source qui se fait normalement à travers la contribution (amélioration/développement du code). En revanche, très rémunérateur et plus facilement vendable, ils ont su développer des services de support/maintenance (voire de télé-administration) de leur solution clés en mains.


    La vague de l'open source et du freeware est donc bien en marche pour certains ou ne fait que commencer pour d'autres. Chez Sun, on trouve aujourd'hui déjà un nombre important de produits/technologies mis en open source (comme : OpenOffice, OpenSolaris, Looking Glass, NetBeans, GlassFish, OpenSSO, Grid Engine ...) et également d'importants projets open source dans lesquels Sun s'y est fortement impliqué (comme : Mozilla, Gnome, Evolution-jescs, Tomcat, Ant, ebXMLrr, Project Liberty ... )

    mercredi avr. 06, 2005

    Sun Java System Messaging Server : Classé alternative N°1 à Microsoft Exchange 5.5 !

    Sun Java System Messaging Server : Classé alternative N°1 à Microsoft Exchange 5.5

    Le sujet de la messagerie n'est peut-être pas autant à la mode que les sujets de gestion des identités, de portail ou de mobilité. Pourtant, les besoins en matière de messagerie ont bien évolués ces dernières années. Augmentation des besoins fonctionnels, collaboratifs (agenda de groupe, accès web, PDA, mobilité...) et les spams et virus font désormais partis de "notre vie". Aujourd'hui, la messagerie est devenu un outil critique pour les entreprises qui demandent une fiabilité et une sécurité sans faille. De plus, les produits "open source" ont fait leur apparition mais leurs limitations sont vite atteintes (carence en terme de richesse fonctionnelle, de support, d'évolution, roadmap...).
    Face aux 2 ténors Microsoft Exchange et IBM Lotus Notes, la solution de Sun tire bien son épingle du jeux. Créée à la base sur des systèmes UNIX, la solution de Sun (SunSoft, Netscape, iPlanet, Sun ONE, Sun Java System) a toujours été créée dans un esprit d'ouverture en respectant les standards et a toujours été optimisée pour l'internet en apportant performance, évolutivité et sécurité. En s'enrichissant alors fonctionnellement pour répondre aux besoins des messageries d'entreprises d'aujourd'hui, la solution - très compétitive - de Sun est le compromis idéal entre les produits open source limités et les solutions propriétaires, beaucoup plus coûteuses. Ce n'est donc pas par hasard que cette solution composée de Sun Java System Messaging Server / Instant Messaging / Calendar Server /  Directory Server (aussi abrégée en "EMC" pour "Enterprise Messaging Consolidation")  ait été récompensée par Décision Informatique (01net) : "Des solutions de messagerie alternatives promettent de remplacer le serveur de Microsoft, tout en ayant recours à son client Outlook. Pari tenu, même si les écarts sont manifestes en matière de migration et d'administration." ... : "Sun Enterprise Messaging Consolidation (EMC) : Un bon remplaçant pour MS Exchange... :   Sun a résolument soigné son offre logicielle EMC. Favorite de notre comparatif, la solution, outre le fait qu'elle se pose de loin comme la moins chère de cette étude (hors services), est également simple d'installation et d'utilisation. Elle dispose en effet d'utilitaires de diagnostic et de déploiement qui facilitent grandement la migration et la constitution de postes de travail viables (comptes, espaces disque, machine virtuelle). Par ailleurs, EMC accède directement à l'annuaire Active Directory, en s'authentifiant auprès du contrôleur de domaine principal. Cela permet de migrer automatiquement les comptes d'utilisateurs, noms et mots de passe compris, ainsi que les messages. Passé ce cap, la solution maintient, si l'administrateur le souhaite, un lien bidirectionnel avec Active Directory, ce qui permet de régler finement la cadence de migration des utilisateurs par tranches paramétrables." ... Les résultats (par produit) de ce comparatif sont également disponible en pdf : "Cette solution de messagerie est la seule de notre comparatif à pouvoir prétendre migrer, depuis Microsoft Exchange, plus de 500 ou 1000 boîtes aux lettres. Les outils de diagnostic, de déploiement sur les postes de travail et de synchronisation avec l’annuaire Active Directory se révèlent performants. Et la couverture fonctionnelle n’est pas en reste."

    En résumé, la solution de Sun a été classée N°1 grâce à ces capacités supérieures : 1) de migration de l'existant, 2) d'intégration aux fonctions étendues du client Outlook, 3) de paramétrage sécurisé et d'administration du serveur.
    Voir le site officiel Sun pour les détails de l'offre complète de communication Sun Java System, offre ouverte et extensible avec éventuellement des solutions partenaires (ISV).

    jeudi nov. 18, 2004

    Orange adopte le "Java Entreprise System" de Sun

    Orange (France Telecom) - Sun Micorsystems - Sun Java System - Sun Java Enterprise System

    Orange (France Telecom) Sun Java Enterprise SystemCe nouveau modèle de tarification logicielle a de plus en plus d'adeptes. Ce modèle innovant (basé sur une "souscription annuelle" et intégrant un ensemble de produits logiciels leaders) a été lancé par Sun Microsystems il y a maintenant un an avec la première version Sun Java Enterprise System 2003Q4. Selon une cadence semestrielle (2 versions par an) la prochaine version (la 3ieme) étant attendue pour très bientôt : 2005Q1.

    « Sun Microsystems a signé l'un de ses plus grands contrats mondiaux pour sa solution JES (Java Entreprise System) avec Orange, la division téléphonie mobile de France Télécom. Orange a choisi Sun Java Enterprise System pour mettre à jour les logiciels d'infrastructure de ses filiales européennes, qui emploient environ 22 000 salariés. La vente de JES à Orange par Sun est un pied de nez à ses grands concurrents, BEA et IBM, historiquement très bien implantés dans le SI de France Télécom avec leur middleware Java. (...) Pour l'opérateur, déjà client de Sun (il utilise près de 1300 serveurs UltraSparc et certains des composants du JES), l'un des atouts du modèle de licence proposé par le constructeur est la possibilité de déployer les services de JES vers ses 20 millions de clients sans payer de licence supplémentaire (le logiciel a un prix catalogue de 100 $ par an et par employé). »

    Rappelons que ce modèle ouvert et flexible n'oblige en aucun cas l'acheteur d'utiliser tous les produits logiciels fournit par JavaES. Basé sur les standards ouverts, JavaES s'intègre très facilement avec l'existant (comme, par exemple, le serveur d'application déjà choisi par l'entreprise)... et le tout pour « la modique somme de 1 café par jour » par salarié ;-) !

    jeudi oct. 21, 2004

    Décidément, Red Hat "persiste" avec Sun ...

    Red Hat - Netscape - Sun Java... et signe ! Après l'annonce récente (le 30 septembre) du rachat par Red Hat de la suite Netscape Entreprise (issue de l'alliance Sun Netscape-AOL), Red Hat recrute et signe avec Karen Tegan-Padir, une (ex-)dirigeante de Sun, pour conquérir les PC de bureau : « L'éditeur de solutions Linux débauche une vice-présidente de Sun pour développer ses activités dans le secteur des PC de bureau. Elle devra notamment intégrer dans les produits Red Hat, la suite de logiciels Netscape Enterprise ». Avant d'être engagée pour ce poste, en tant que « Vice President of Desktop Infrastructure Technologies », Karen Tegan, a notamment beaucoup contribué au développement de l'adoption de Java en entreprise (J2EE BluePrints), en occupant le poste de « Vice President of Engineering for J2EE platforms and Application Server products » chez Sun.

    A travers cette annonce Red Hat espère sans doute redorée l'image de son offre « Desktop » moins réputée que de son offre « Enterprise Server ». Mais c'est sûr, Red Hat affiche sa volonté de développer une offre « intégrée Client-Serveur »... une offre intégrée et commerciale, cela va de soi, il faut bien rentabiliser le salaire de sa nouvelle employée ;-). Quoi qu'il en soit, il reste « du pain sur la planche » : Bon courage Karen pour la suite !


    jeudi oct. 14, 2004

    4 distributions Linux pour postes clients

    4 distributions Linux - Java Desktop System

    Java Desktop SystemAprès "linux" sur la partie serveur, "linux" continu son bout de chemin en s'attaquant de plus en plus sérieusement à la partie poste de travail, si bien que l'on commence à voir apparaître de nombreux articles sur le sujet, comme en témoigne ce dernier : « La crédibilité de Linux pour le poste client s'établit doucement mais sûrement. L'occasion, avec StarXpert, d'éclairer les entreprises ou administrations qui seraient tentées par une comparaison des offres Mandrakesoft, SuSE, Red Hat et Sun ».
    Rappelons qu'il existe encore de très nombreuses (autres) distributions (plus ou moins abouties, plus ou moins connues, nous pouvons souligner celle de Linspire/Lindows) et qu'il est encore très difficile pour une entreprise de choisir de partir sur une alternative à Microsoft Windows. Comme pour la partie serveur , on associe encore trop souvent "linux" à "logiciel libre et gratuit" en oubliant facilement les coûts d'exploitation (maintenance, support ...) cachés par le "logiciel libre". Cette "partie additionnelle" (souvent occultée donc) est pourtant gage de qualité / sécurité / pérennité (de toute version professionnelle) et reste primordiale pour la plupart des entreprises qui ne veulent pas prendre le risque de pénaliser leur rentabilité / efficacité. Et c'est bien dans cet esprit que JavaTM Desktop System s'inscrit, en étant aujourd'hui le premier à fournir des outils d'assistances à la configuration (Configuration Manager) et au déploiement (Control Station, Remote Desktop Takeover), facilitant ainsi l'administration d'un parc (important) de postes de travail. Mais heureusement le "logiciel libre" ("open source") prend tout son intérêt en laissant la possibilité à tout développeur de contribuer gratuitement à l'évolution d'un logiciel ce qui, dans certains cas, permet de faire évoluer les produits beaucoup plus rapidement (pour mieux s'adapter aux besoins) et ça c'est plutôt bien ;-) !

    vendredi oct. 08, 2004

    Et l'histoire continue, incroyable !

    Red Hat - Netscape - Sun

    Après Sun (à l'époque Sun-Netscape Alliance), voilà que c'est maintenant au tour de Red Hat de s'intéresser aux produits Netscape ! Contre toute attente, Red Hat a annoncé la conclusion d’un accord avec AOL portant sur le rachat de Netscape Entreprise (dont Netscape Directory et Certificate Management System) : « Le distributeur de solutions Linux se met à transformer du logiciel propriétaire en "open source". La suite rachetée à AOL devrait intégrer ses produits d’ici un an maximum. Avec l’objectif de pénétrer le marché des entreprises et des administrations. »

    Quelle surprise... comme le fait remarquer Joe Keller : «Ils avaient pour habitude de dénicher le meilleur de l'open source pour le mettre en avant. Désormais, ils achètent les logiciels commerciaux les plus anciens pour les rendre open source» ... Alors ? Pourquoi ce rachat ?

      - Ces produits ne vont-ils pas faire double emploi avec les produits et les initiatives « open source » déjà menées dans ce domaine ?
      - N'aurait-il pas été plus judicieux (moins coûteux) pour Red Hat de se concentrer (enrichir, améliorer) OpenLDAP d'ores et déjà fourni dans leur suite ?
      - Auraient-ils découvert un marché juteux dans le domaine de la PKI ?

    Bon que de questions... j'avoue, au premier abord, ne pas très bien comprendre et suis preneur de toutes idées, suggestions. De plus, je ne connais pas les termes exactes de l'accord conclu entre AOL et Red Hat mais je suis curieux de savoir comment Red Hat va résoudre les problèmes de brevets non partageables (de propriété Sun et autres) pour rendre par exemple Directory Server libre de tout droit ?
    Mais Red Hat a peut-être une idée sous son chapeau (?) qui justifierait son achat ... et pourquoi ne pas essayer de récupérer des marchés chez certains comptes (administrations) qui seraient encore en version Netscape ?

    Un chose est sûr, cette acquisition montre les limites de "l'open source" face à la maturité de produits leaders et déployés massivement en entreprise « business critical » ; et Red Hat montre sa volonté pour conquérir ces marchés avec une approche finalement commune à tout éditeur de logiciel qui consiste à vendre des produits, du support et un peu de service si possible. Ce qui n'empêche pas pour autant de contribuer aux développements de la communauté open source comme le fait Sun d'ailleurs ! Et cette approche n'est donc pas sans rappeler celle de l'offre Sun JavaTM Enterprise System ... Alors que l'arrivée d'une version open source de solaris ne serait tarder, est-ce qu'un nouveau « coopétiteur » (concurrent-partenaire) de Sun (une bataille même ?) ne serait pas en train de s'annoncer ... ?


    vendredi oct. 01, 2004

    A Moooiii !

    Amoi

    Et oui ça y est la "mode" du blog m'a touché. J'ai bien un peu hésité avant de m'y risquer, l'information fuse de part et d'autre, les sources sont très (trop) nombreuses, mais voilà après les sites web et les portails, les technologies évoluent et j'ai donc décidé aujourd'hui de me lancer, même si je ne sais pas encore ce que je vais bien pouvoir raconter, ni ce qu'un blog peut vraiment apporter (m'apporter, peut-être ?).

    Mais voilà, c'est décidé aujourd'hui, sans doute une façon de fêter \*aujourd'hui même\* ma 8eme année chez Sun Microsystems ! Mouais, après 8 ans de surf chez Sun (toujours dans le software) j'espère bien avoir des choses à dire. A commencer par le début justement, quand on m'a embauché chez SunSoft pour évangéliser (et tenter de vendre) Java et Solaris x86 (l'un ayant eu plus de succès que l'autre) ... tiens tiens comme c'est bizarre, on dirait que rien n'a changé aujourd'hui ;-) ...

    Et pourtant l'histoire du logiciel chez Sun est une vraie histoire que quelques "anciens" comme moi (!) sont prêts à expliquer. Une partie d'histoire que j'ai bien connu puisque, commençant à l'époque par SunSoft, je me suis rapidement retrouvé à surfer sur "la bulle internet" et sur le déferlement de ses diverses vagues : Sun-Netscape Alliance, iPlanet, Sun ONE et maintenant Java System.

    Mais promis je n'en dirais pas trop, juste l'essentiel...


    Disclaimer : Sorry this blog is in french only ... not only because of my poor english but also because I certainly not have the ambition to talk to all the world ! Well, I can write in french so maybe I can interest some guys who speak french !


    About

    The views expressed on this blog are my own and do not necessarily reflect the views of Oracle.

    Search

    Categories
    Archives
    « avril 2014
    lun.mar.mer.jeu.ven.sam.dim.
     
    1
    2
    3
    4
    5
    6
    7
    8
    9
    10
    11
    12
    13
    14
    15
    16
    17
    18
    19
    20
    21
    22
    23
    24
    25
    26
    27
    28
    29
    30
        
           
    Today
    Bookmarks
    Actualités