Monday Dec 14, 2009

7 Twitter Dos and Don'ts Every Startup Should Know

Twitter is the prototypical social network, the name on everybody's tongue, and the core of a successful social media presence. Knowing how to build your following -- and avoid the potential pitfalls -- is key to turning your tweets into traffic.

If there is one secret to Twitter success, it's be yourself. It's also the one that far too many businesses miss, much to their detriment. There are a multitude of places where being your business is the best way to make a good impression, but Twitter isn't one of them. Twitter is a lot like a small town, and has to be treated as such.

Many businesses treat Twitter as just one more place to broadcast. Like a website, a newsletter, or an ad in the local newspaper, business owners think of Twitter as somewhere to get their message out to as many people as possible. Twitter users aren't like website visitors or newspaper readers -- they are using Twitter to network, not receive one-way messages. Failing to interact is surefire suicide for your Twitter presence.

So what should you do?

[Read More]

Tuesday Dec 08, 2009

Rencontre avec Lucien Lapasin, un BA engagé !

Lucien Lapasin est administrateur de Novaris Equity, une société d'investissement de business angels et Vice-Président de VAL'Angels, une association de business angels du Val-de-Marne.

Bonjour Lucien. Vous êtes administrateur de Novaris Equity, une SIBA. C'est quoi, une SIBA ?

Une SIBA est une Société d'Investissement de Business Angels. Cette structure – une SAS - rassemble des business angels individuels qui cherchent à investir collectivement en mutualisant leurs moyens dans des entreprises pour accélérer leur développement. Une SIBA regroupe des actionnaires. Certains business angels débutants, avant de rentrer dans une SIBA, souhaitent bien comprendre tout l’écosystème par une adhésion à une association. Ainsi parallèlement, une association a été créée, VAL'Angels, soutenue par l’Agence du Développement Economique du Val-de-Marne qui souhaitait se doter d'une véritable structure pour accompagner le financement des jeunes entreprises du département.

VAL’Angels créée en 2008 (une cinquantaine de membres) accueille tous les BA qui souhaitent s'impliquer dans cette démarche et découvrir l'activité de financement de l'innovation. Créée en 2008, Novaris Equity compte aujourd'hui 35 actionnaires, et une cinquantaine est prévue à mi-2010. Elle a effectué 6 investissements jusqu'à présent, et son objectif est de participer au développement d'une quinzaine de projets sur la durée de vie de la SIBA (8 ans). La souscription est ouverte jusqu'à juin 2011.

Quel est l'intérêt d'une SIBA pour les entrepreneurs ?

Pour les entrepreneurs, c'est la possibilité d'obtenir des financements plus importants que s'ils s'adressaient à des business angels, un par un, et c'est aussi un moyen de mettre en place, par un pacte d’actionnaire adapté, un actionnariat réduit mais beaucoup plus efficace dans la gouvernance et le développement.

Les SIBA permettent également de combler efficacement le fameux "equity gap", c'est-à-dire le "trou d'air" entre le love money (quelques dizaines de milliers d'euros pour la création ) et le venture capital (quelques millions d'euros pour le développement). Pour prendre une image, je dirais que les BA sont les "accoucheurs" des projets d'entreprise alors que les VCs sont les éleveurs. Les BA jouent un rôle stratégique pour faire grandir le "bébé" dans de bonnes conditions depuis sa naissance et pendant ses premières années de vie, là où l'avenir se détermine et où l’entreprise acquiert sa valeur.

Et pour les business angels ?

Pour les BA, outre les avantages fiscaux attachés à ce type d'investissement (IRPP et ISF) , c'est la possibilité de bénéficier d’un « deal flow » plus important sur des projets présélectionnés, de mutualiser leurs fonds et de limiter leurs risques en répartissant leurs mises sur plusieurs dossiers dans des placements diversifiés et équilibrés. A titre d'exemple, Novaris Equity s'intéresse au secteur des TIC, mais aussi aux services (à la personne et aux entreprises) ou encore à la santé ou à l'énergie. Cependant, être investisseur au sein d'une SIBA laisse toute possibilité d'investir à titre personnel, ce qui offre le maximum de souplesse dans ses choix. Nous voyons ainsi régulièrement des dossiers où des personnes physiques investissent à la fois au travers d'une SIBA et à titre personnel. C’est le cas de certains investissements réalisés par Novaris Equity; l'effet de levier de la SIBA joue ainsi à plein.

Quelles sont les tendances du financement par les business angels aujourd'hui ?

La première grande tendance que je constate, c'est la structuration et la professionnalisation de cette activité depuis 2 ou 3 ans. L'investisseur individuel fortuné qui met un ticket de plusieurs centaines de milliers d'euros dans un projet existe toujours, mais les petits investisseurs se regroupent de plus en plus pour industrialiser leur approche et avoir un impact plus important dans le développement des entreprises qu'ils accompagnent. Les SIBA adoptent désormais les mêmes outils et les mêmes processus que les VCs. Elles montent des comités d'investissement très professionnels et font appel aux meilleurs experts pour évaluer le potentiel et le risque associés à chaque dossier. De fait, les VCs voient aujourd'hui d'un très bon oeil la présence de BA dans une startup, car c'est le signe pour eux que la société fait déjà l'objet d'une attention soutenue et que les risques de gros investissements sont ainsi plus limités.

La deuxième grande tendance, c'est l'implication de plus en plus importante des seniors dans l'accompagnement des jeunes pousses, un vivier à mieux exploiter. De nombreux chefs d'entreprise ou cadres dirigeants qui ont cessé leur activité se prennent au jeu et, si investir dans une SIBA est un moyen efficace pour eux de réduire leurs impôts, ce n'est pas la motivation principale de leur engagement. Ce qui motive véritablement les BA, c'est la possibilité qui leur est offerte d'aider la jeune génération à réussir dans la création et le développement d'entreprise par un accompagnement adapté. Il n'y a pas de plus grande satisfaction pour un patron ou ex-patron qui a réussi que de partager son savoir-faire et, en quelque sorte, de connaître une seconde réussite "par procuration".

Que doivent faire les entrepreneurs pour séduire les business angels ?

Face à des BA de plus en plus professionnels, les entrepreneurs doivent se montrer à la hauteur, et il faut reconnaître qu'ils ont encore des efforts à faire, notamment dans la partie business. Nous recevons encore trop souvent des dossiers qui proposent des technologies très innovantes, mais qui ne parlent pas du marché ou des marchés adressés. J'estime que 70% des dossiers que je vois passer manquent de dimension économique. Pour les hommes d'affaires que sont les BA, avec une perspective de sortie à terme, ce qui compte avant tout, c'est de comprendre comment les porteurs de projet vont créer et développer du business.

Les questions fondamentales auxquelles les entrepreneurs doivent répondre clairement, que ce soit en 5 minutes ou en 50 minutes, c'est :

  • quelle est l'offre et quel est son avantage concurrentiel ?
  • à qui s'adresse-t-elle?
  • quelle est la cible ? Qui est prêt à payer et combien ?
  • quel est le modèle économique et le business plan correspondant ?
  • quelle est la création de valeur et à quelle échéance ?
  • quel est "l'ancrage" (la légitimité) des porteurs de projet par rapport au marché visé ?

Au final, les BA veulent comprendre s'il y a une réalité économique au projet ou non et si l'équipe va tenir le choc. Un bon projet, c'est à 50% un bon business et à 50% une bonne équipe, et pour détruire une légende qui court sur le milieu du financement, je peux vous dire qu'un bon projet n'a pas de problème pour être financé par des fonds privés venant de BA en co-investissement et des fonds publics. Ce qui veut dire à l'inverse que si le projet ne trouve pas de financement, c'est que l'entrepreneur doit se poser sérieusement des questions sur la solidité ou la légitimité de sa démarche.

Quels conseils donneriez-vous à un entrepreneur qui veut lever des fonds ?

Montrer qu'il est un vrai businessman et qu'il s'est posé les bonnes questions pour mettre tous les atouts de son côté :

  • quel est le marché que l'on veut adresser, pour y faire quoi et dans quelles conditions ?
  • l'offre est-elle en adéquation par rapport à ce marché et à ses besoins ?
  • que faut-il faire pour préparer son arrivée et commercialiser l'offre sur le marché ?
  • quelle intelligence, quelle équipe dois-je rassembler autour de moi pour maximiser mes chances de réussite ?
  • quels sont mes vrais besoins de financement (ni trop ni trop peu), et sur quelle base de valorisation ?

Il n'y a pas de miracle : face à des pros, il faut se montrer pro. C'est la seule mesure valable dans le monde des affaires.

Merci Lucien et bon courage pour la suite !

Si vous voulez en savoir plus sur Novaris et VAL'Angels, envoyez un email à llapasin@novaris.fr

Wednesday Dec 02, 2009

Do friends make good business partners ?

When it comes to picking partners, many see their friends as the obvious choice to share in making your dreams into reality. Business isn't all sunny days, however, and the best way to weather the storms with your friendships intact is to start out with a good umbrella.

If necessity is the mother of invention, then assumption is the wicked stepmother of doom. The most sure-fire way for a group of friends to become bitter enemies is to go into a partnership under the assumption that friendship conquers all. Friends, and business partners, are only human, and when cash and control enters the equation, friendship can quickly fall by the wayside. What, then, can be done about it?

[Read More]

Tuesday Jun 23, 2009

NetBeans Plugin for SAP Business One

Most of today's startups are building their solution on the open source LAMP stack or Open Solaris AMP stack. However, some of the startups as they grow and expend, look for commercial alternatives. I've seen startups and smaller companies deploying Oracle back end as their database of choice. Small and mid size companies may be familiar with SAP Business One applications, which is an ERP solution for SMB market. When using the application, often times companies have to customize the application and develop a web based interface for their users to extend the ERP functionality for specified business needs. We've simplified the developer job by easily integrating B1 Web Services into the IDE via the NetBeans Plugin. The Plugin powers up developers with Business One Web Services integration, drag and drop visual editor, and Glassfish auto-deployment features. The details of how to use the plugin, refer to the Building Web Applications with NetBeans IDE and SAP Business One Web Services article published on SDN site.

Monday Sep 08, 2008

Your business idea: taking action and overcoming the fear


Guest Post - David Thomas - Inventya - UK Startup


Almost everyone I meet has a business idea. Whether in a professional environment or, more usually, in social situations, people respond to my line of work (helping people research, evaluate and develop their business ideas) with great enthusiasm about their own ideas. They typically come from three main areas: everyday life – where they have noticed something that could be improved or a group of people that are not adequately catered for; working life, where again, improvements could be made; and their own experience and expertise - where they have something valuable that they can offer that others cannot.

Once people start to talk about their ideas, there is a change in both their body language and their persona. This is passion. It is an attractive quality. People with passion look like they are enjoying life.

So why then do so few people go on to actually do anything about their business ideas? \*

It ultimately comes down to fear.
Fear of losing money
Fear that someone else has already thought of it
Fear of lack of support or even ridicule from friends and family
Fear of not having the business knowledge required
Fear of putting in all that work for nothing
Fear of failure

The truth is, the majority of business ideas are not commercially viable – so caution is certainly no bad thing. However, many people never really try to find out how good their idea is. Are they afraid to find out that it is not a good idea after all and they were wrong? Or are they afraid to find out that it is a good idea and then there is the pressure of doing something about it?

Just find out and find out fast.

Find out: who you could be competing with and why you will be better; who exactly your customers will be and what exactly they want from you; how best to get your product into their hands; and how you can make this a profitable exercise.

If, once you have this information, you feel that you do or do not want to pursue your business idea, then it will not be because of irrational fears or worries. It will be because you did your research and made an informed decision on its commercial potential. If you do this, you will not look back later in life with the regret of what you could have achieved and the person you could have been.

So what are you afraid of?

\*(NESTA suggest that of 17m people with business ideas in the UK, 13.5m will never do anything)



1.About Inventya
David Thomas is co-founder and director of market research specialists Inventya. Inventya’s i2m – Ideas to Market Software is for individuals or business owners that have an exciting idea for a new product or service, but need to carry out that critical market research before taking the leap and investing time, money and effort in making it a reality.

Wednesday Feb 20, 2008

Start Up Essentials - We are Live in the UK and booming.....

So, Im back, and Startup Essentials launched in the UK on December 5th 2007.....and it has been crazy manic since then....

So

 

Did you know that Sun is the largest contributor to open source ?
Did you know Solaris is free and open ?
Did you know you can ay as little as £1300 for Quad-Core Intel Xeon servers from Sun?
Did you know we can with partners help support you with free business and legal services?

Join Startup Essentials and find out more now.

 http://uk.sun.com/startupessentials/

 

So did you know that ?

 

About

Connecting the Startup Essentials community with all the events, information and resources required for them to grow and scale.

Search

Archives
« April 2014
SunMonTueWedThuFriSat
  
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
   
       
Today