X

Retrouvez toute l'actualité autour des technologies émergentes et leur impact sur le marché et la société.

« Transformation digitale ? Oui, mais transformation du business avant tout ! »

La transformation était au cœur de l’Oracle Innovation Executive Summit 2018 qui s’est tenu à Station F le 11 avril dernier. Qui mieux que Safra Catz, CEO d’Oracle, Philippe Vallée, CEO de Gemalto et Gervais Pellissier, Directeur Général Délégué d’Orange, pour évoquer ces grands changements impulsés par les technologies, la donnée et les nouvelles attentes des clients ?

« Les données créent les règles, elles écrivent l’histoire et elles apprennent aux machines », rappelle Safra Catz, CEO d’Oracle en guise de feuille de route de la transformation numérique, une nécessité alors que tous les secteurs économiques, retail, logistique, médias, télécoms, banque, assurance, etc., entrent dans une ère à la fois effrayante et enthousiasmante de « disruption massive ».

Un bouleversement qui doit amener chaque « entreprise à penser en permanence comme une startup » pour identifier en temps réel les moyens de fournir une meilleure expérience à des clients toujours plus exigeants. Pour négocier cette mutation, les entreprises bénéficient du big data, du cloud, de l’intelligence artificielle, autant de technologies et d’outils efficients, désormais peu onéreux, et qui permettent aux entreprises de capitaliser sur leurs actifs et leurs données pour prendre rapidement les meilleures décisions afin d’accroître leurs parts de marché.

La condition préalable pour placer le client au cœur du business est bien rappelle Safra Catz « la qualité des données couplée à l’usage de l’intelligence artificielle. »  Là ou pendant des années, les systèmes d’information n’étaient que des outils d’enregistrement de transactions, ils sont maintenant « des outils pour communiquer auprès des clients, effectuer des recommandations et répondre à leurs demandes et besoins sur une nouvelle échelle de temps. »

Chaque service peut devenir une startup, selon Gemalto

Ce nouveau rapport aux données, au temps, au client et à la prise de décision induit de nouvelles approches à la fois dans le domaine de l’organisation et dans la gestion de l’innovation, les deux piliers de la transformation digitale. Avec comme plus grand défi pour les entreprises « d’opérer leur propre transformation », pour Philipe Vallée, le CEO de Gemalto en réponse à Safra Catz. Pour le leader de la carte à puce, cette transformation s’effectue à la fois sur le plan technologique, mais aussi pour faire écho aux propos de Safra Catz, en ayant une démarche de startup.

Sur le volet technologique, Gemalto a l’ambition d’être le « one stop shop » des services d’authentification et de connectivité. Après avoir connecté les personnes à l’aide des cartes SIM, le défi est désormais d’anticiper la prochaine vague de la transformation, l’IoT, ou Internet des Objets. « Pour négocier cette vague, nous investissons en R&D et utilisons la méthode agile ainsi que des solutions fondées sur le cloud. En combinant les points de contact de Gemalto et les capacités de traitement de l’IoT offertes par Oracle, nous allons accélérer les services associés à ces technologies. Nous vendons du « business as a service » », détaille Philippe Vallée. Pour négocier ce virage, Gemalto a créé un « Innnovation Board » et a initié un incubateur, deux initiatives pour « anticiper le futur ». Gemalto bénéficie du savoir-faire des entreprises qui ont été acquises mais travaille aussi avec des startups de tous horizons pour bénéficier de nouveaux talents et de nouvelles idées. « Dans notre démarche de transformation interne, il nous faut aussi identifier quelle partie de notre activité peut fonctionner comme une startup. »

Pour Orange, Small is Beautiful

Même son de cloche pour Orange : « Nous sommes contents d’être leaders, mais nous sommes aussi frustrés par les innovations issues des jeunes entreprises agiles, rapides, et de leurs idées que nous n’avons pas. C’est difficile pour une grande entreprise de garder la fraîcheur et l’agilité. »

Ce constat réalisé par Gervais Pellissier s’incarne au travers d’actions envers les startups, à commencer par 150 M€ d’investissements en Venture Capitalists en Europe, US, Israël et Chine. « Nous savons que nos business, nos clients et leur business ont besoin d’un écosystème ou les startups jouent un rôle. Par exemple, sans les GAFA, nous n’aurions jamais connu le trafic que nous avons aujourd’hui », détaille le Directeur Général Délégué d’Orange qui rappelle aussi que « l’innovation en interne est une réalité avec les « Innovations Labs », quatre laboratoires qui fournissent des services et du mentoring en interne, mais aussi le réseau « d’Orange Fab » réparti dans quinze pays « où Orange fournit de l’espace, des technologies, un peu d’argent, des ressources humaines. Nous sommes prêts à tester les idées des entreprises et à essayer ensemble. Cela nous donne aussi des idées. Et éventuellement nous pouvons aussi racheter les entreprises après. »

La curiosité reste le principal levier de la transformation numérique

Tant pour Orange que pour Gemalto, la transformation digitale est aussi une transformation interne, « Pour se transformer il faut bien sûr accompagner l’interne avec des formations, mais surtout il faut rester curieux, faire des efforts par soi-même, écouter le monde et regarder ce qu’il s’y passe », explique Philippe Vallée rejoint par Gervais Pelissier pour qui il faut aussi se concentrer sur l’autonomie des employés tout en facilitant leur travail. La transformation c’est aussi améliorer les conditions de travail grâce à la technologie, par exemple en utilisant le Cloud d’Oracle « pour être plus réactif en utilisant mieux la donnée » ; mais pour le directeur général, au final « quoi que l’on fasse en technologie, il faut avant tout choisir d’apprendre quelque chose, se découvrir de nouveaux centres d’intérêt. » Une ouverture au monde et aux autres indispensables aussi pour Philippe Vallée, car, « quel que soit le sujet, vous ne savez jamais d’où viendra l’idée qui contribuera positivement au futur. »

A lire également : 

Comment le business piloté par la donnée transforme notre monde

Be the first to comment

Comments ( 0 )
Please enter your name.Please provide a valid email address.Please enter a comment.CAPTCHA challenge response provided was incorrect. Please try again.