X

Retrouvez toute l'actualité autour des technologies émergentes et leur impact sur le marché et la société.

Transformation digitale : le cœur ou la raison ?

Karine Picard
Vice President Business Development EMEA Applications

Choisir son système ERP c’est un peu comme trouver la maison de ses rêves. Sur le papier, cela se résume à une check-list : maison individuelle, avec un garage, un plan ouvert, une suite parentale. Mais dans la réalité, on ne choisit pas d’acheter ou non une maison en s’appuyant uniquement sur une liste de critères, tout n’est pas qu’une question de logique. En définitive, c’est le fameux « coup de cœur » qui emporte la décision.

Nous savons cela. Bien sûr, la check-list est utile : prix, facilité de déploiement, rapidité du ROI, niveau d’innovation, intuitivité de l’expérience client. Mais en se contentant simplement sur comment une entreprise exploite la technologie, il n’est pas surprenant que le risque puisse effrayer. Mais à quel moment le maintien du statu quo présente-t-il le plus grand risque ?

Pour beaucoup d’entreprises, le système ERP représente leur colonne vertébrale. Du temps, des efforts et un budget non négligeable ont été consentis pour un système sur lequel toute l’entreprise s’appuie pour fonctionner. Le changement est source d’inquiétude. Le temps et les efforts demandés pour migrer ne sont qu’une partie du problème. Et si le nouveau système ne tenait pas toutes ses promesses ? Vous ne voulez pas être la dernière ligne d’une réduction de valeur ou une charge supplémentaire dans le rapport de résultats.

Mais nous évoluons dans un contexte très dynamique. Les marchés volatiles et les nouveaux concurrents laissent plus rapidement que jamais sur le carreau les entreprises établies depuis longtemps et immobiles. On célèbre régulièrement les nouvelles entreprises qui rejoignent le CAC 40. Or, il y a un nombre limité d’entreprises dans ce type de listes ; cela signifie qu’à chaque nouvel entrant, un acteur établi depuis longtemps et resté immobile est retiré de la liste.

Ces entreprises sont souvent celles qui ont essayé de colmater les brèches. Elles ont peut-être opéré quelques changements mais étaient-elles assez rapides pour lancer de nouveaux produits ? Pour mettre au point une expérience client omni-canal intuitive ? Ou pour tirer parti de la transformation radicale que les nouvelles technologies peuvent apporter ?

L’héritage peut être une raison mais ne saurait nullement constituer une excuse. Les entreprises voient bien ce qu’elles doivent faire. Mais elles sont empêtrées dans une infrastructure complexe, lente à faire évoluer et difficile à intégrer. Et les limites connues d’un système deviennent soudainement responsables d’une situation qui jusqu’alors ne faisait que menacer.

La décision d’évoluer vers un système ERP Cloud (donc sur un ensemble intégré d’applications cloud), n’exige plus un acte de foi. Il ne s’agit pas d’avoir la confiance nécessaire pour prendre un risque. Il serait en fait plus risqué de conserver sa plate-forme actuelle ou de continuer avec ce même fournisseur qui propose une migration complexe et couteuse.

Il est temps de regarder ce qui se fait sur le marché. Le paysage des applications cloud s’est transformé et propose maintenant des solutions matures que des entreprises comme Oracle et Netsuite développent depuis longtemps.

Nos rivaux sont loin d’avoir atteint ce niveau de maturité, certains n’ont d’ailleurs toujours pas fini de construire leurs systèmes, offrant simplement des services d’hébergement tout en se démenant pour bâtir leur infrastructure de bas en haut.

« Construits ensemble pour fonctionner ensemble » : voilà la définition de la maturité ! Il ne s’agit plus d’avoir une collection de logiciels qui ont été construits et qui tournent sur différentes architectures. Cela devient un point crucial dans le travail transverse accompli au sein d’une entreprise. Intégrer les fonctionnalités RH, de Supply Chain et de gestion de la relation client ayant une structure de données cohérente pour toutes les applications est essentiel pour les entreprises et leur back-office. Chez Oracle, nous travaillons en partenariat avec nos clients pour obtenir les meilleurs résultats ; nous développons des applications en fonction des retours de nos clients et de leurs modèles d’utilisation et non en adoptant une approche unique et figée.

Ce modèle intégré permet de casser les silos et favorise la performance et l’engagement des utilisateurs car il donne un accès équivalent à tous les utilisateurs métier au sein de l’entreprise. Plus important encore, cela permet de s’appuyer sur différentes données pour avoir un aperçu en temps réel de ce qu’il se passe dans l’entreprise et surtout, auprès des clients.

Parfait, mais cela ne permet que de mettre l’entreprise sur un pied d’égalité par rapport à ses nouveaux concurrents. Pour les surpasser, il faut jeter un œil à la technologie définie comme un moteur de croissance dans les gros titres des media.

N’est-ce pas plus complexe et plus couteux ? Oui, si elle est mise en œuvre comme une technologie isolée. C’est pourquoi Oracle a standardisé l’intégration de l’Intelligence Artificielle (IA) et du machine learning dans chaque application sans coût supplémentaire associé. Cela signifie que tous nos clients peuvent profiter des dernières innovations dans des interfaces conversationnelles, dans leur langage de traitement habituel de leur blockchain et de leur IoT (Internet des Objets) – et la liste ne cesse de s’enrichir. Les autres systèmes ERP ne peuvent offrir ce niveau constant d’innovation puisque leurs plate-formes et infrastructures Cloud ne sont pas suffisamment matures pour le supporter. Cela signifie que les clients sont perdants et que les entreprises perdent leur avantage concurrentiel.

Celles qui font ce saut vers la logique ont un temps d’avance. Elles bâtissent des structures capables d’affronter les changements et le futur et elles peuvent elles-mêmes piloter l’innovation au sein de leurs propres activités et de la collaboration entre les différents départements.

Si de prime abord, la décision de rester avec le même fournisseur parait raisonnable, cela signifie préférer des fonctionnalités vieillissantes à l’innovation et l’émotion à la logique.

Changer de système ERP, de même que trouver une nouvelle maison, ne se fera jamais comme une évidence ; il faut simplement savoir ce que l’on souhaite privilégier : le cœur ou la raison ?

« Faire le choix de la logique », pour en savoir plus cliquez ici.

Voir ou revoir
La finance doit mener la conversation sur l’éthique des données

Se connecter dans l’économie de l’expérience

Ayez confiance dans votre capacité à gérer des données

Be the first to comment

Comments ( 0 )
Please enter your name.Please provide a valid email address.Please enter a comment.CAPTCHA challenge response provided was incorrect. Please try again.