X

Retrouvez toute l'actualité autour des technologies émergentes et leur impact sur le marché et la société.

Se concentrer sur la croissance en libérant du temps.

Les entreprises intelligentes considèrent que le rôle de la fonction finance consiste à orienter les investissements, élaborer des stratégies pertinentes et expliquer comment les mettre en œuvre. Mais cela ne peut fonctionner que si les directeurs financiers font preuve de créativité eux-mêmes en libérant des ressources afin d’offrir de nouvelles possibilités à leurs entreprises.

Certains soutiennent que sans l’incroyable prospérité et efficacité de la banque des Medicis au 15e siècle en Italie, il n’y aurait pas eu de Renaissance. L’innovation dans les domaines de l’art, de la science, de la philosophie et de la politique reposait sur le clientélisme que l’excès de richesse et les modes de circulation de l’argent ont permis, alors que le reste de l’Europe était en grande partie fondée sur une agriculture de subsistance.

On est donc en droit de se demander si les entreprises du 21e siècle relèvent d’une économie de subsistance dans laquelle la plupart des gens travaillent d’arrache-pied simplement pour assurer leur survie ou si elles utilisent leurs plus brillants experts pour apporter une innovation radicale.

C’est une question spécifiquement destinée aux directeurs financiers. La fonction finance est en mesure d’identifier des opportunités de croissance grâce aux volumes de données exceptionnels dont elle dispose et à des analyses sophistiquées. La difficulté consiste à trouver des moyens d’accomplir les tâches financières plus efficacement et développer des capacités « d’orientation » pour soutenir l’innovation, ce qu’Accenture appelle « le nouveau rôle du DAF‘ ».

Nous pouvons caractériser cette évolution en redéfinissant l’ERP. L’Enterprise Resource Planning est toujours indispensable. Mais en connectant les systèmes plus efficacement et en s’appuyant sur des systèmes d’analyse avancés, l’ERP se réoriente sur la croissance et le déploiement des ressources. Il permet de libérer des ressources humaines de l’équipe financière et dans l’ensemble de l’entreprise pour réaliser des expérimentations et innover. Il devient alors un outil source de revenus, de sérénité et permettant des expérimentations.

Les entreprises sont plus rentables parce qu’elles limitent leurs pertes, maîtrisent leurs coûts et identifient plus facilement leurs facteurs de revenus. Elles sont plus sereines : l’inexorable cycle des reportings enferme la fonction finance dans un équilibre entre vie professionnelle et vie privée malsain. Et elles peuvent expérimenter des idées innovantes porteuses de nouveaux marchés.

Le message commence à être entendu. L’enquête 2018 de Hackett révèle que près de 40 % des directeurs financiers d’entreprises enregistrant plus d’1 milliard de chiffre d’affaires déclarent avoir déjà adopté des systèmes d’analyse avancés. Les projections sur deux à trois ans portent ce chiffre à 80 %.

Umair Junaid, directeur financier chez Access Power, un producteur d’électricité en pleine croissance en Afrique et en Asie, est l’un des DAF ayant adopté une « approche agile de la fonction finance ». Il souhaitait améliorer la précision et la rapidité du reporting pour soutenir la prise de décisions et, grâce à l’automatisation des processus reposant sur la solution ERP dans le Cloud, son équipe a été en mesure d’y parvenir sans faire d’heures supplémentaires.

Citons aussi l’exemple de Christophe Eouzan, directeur comptable chez Orange. Il désirait que son équipe Corporate Finance se concentre sur des initiatives de transformation plus précises. L’ERP dans le Cloud lui a permis d’automatiser des tâches non stratégiques telles que les demandes d’achat, les bons de commande et la facturation fournisseurs. L’équipe peut désormais axer ses efforts sur les prévisions, la transparence de la chaîne logistique et développer un environnement de travail visant à attirer des talents nouveaux et jeunes.

Comme le mentionne Declan Tyrrell, un ancien directeur financier et PDG qui travaille désormais avec Oracle : « Grâce à un accès aux données en temps réel dans le Cloud et à l’automatisation liée au machine learning, les responsables financiers disposent de davantage de temps et de ressources pour favoriser un changement positif en améliorant la prise de décisions, l’automatisation des tâches à faible valeur ajoutée, la gestion des risques et l’optimisation des ressources. »

Mais, tout comme pendant la période de la Renaissance, il faut concentrer ces efforts. Neil Sholay, vice-président de l’innovation chez Oracle dans la région EMEA, a réfléchi à la philosophie des véritables entreprises « ERP ». Et il soutient qu’elles doivent affiner les cinq fondements de l’entreprise pour orienter leurs efforts et être :

  • Humaines en améliorant l’expérience des collaborateurs et des clients.
  • Connectées car l’innovation s’accélère dans un contexte d’échanges d’idées.
  • Axées sur l’analyse dans la mesure où des analyses affinées renforcent la confiance des innovateurs.
  • Efficaces en libérant les talents des tâches courantes et répétitives.
  • Fiables car le changement peut être déroutant ; une fonction finance solidaire facilite l’adoption.

Le nouvel ERP ne redéfinit peut-être pas la culture occidentale autant que Colomb, Érasme, Galilée et De Vinci l’ont fait. Mais une philosophie parfaitement adaptée offre une réelle opportunité de renaissance des entreprises.

Découvrez plus d’informations sur la façon dont les chefs d’entreprise envisagent l’innovation dans leur stratégie de croissance. 

Be the first to comment

Comments ( 0 )
Please enter your name.Please provide a valid email address.Please enter a comment.CAPTCHA challenge response provided was incorrect. Please try again.