X

Retrouvez toute l'actualité autour des technologies émergentes et leur impact sur le marché et la société.

Qu’est-ce qu’un Data Owner ?

Dans une organisation, le Data Owner occupe un poste élevé hiérarchiquement. Il est la personne désignée comme propriétaire des données. Sa responsabilité est à la fois de définir la donnée, garantir sa qualité et son intégrité, ou encore d’en assurer la protection.

Qu’elles proviennent des clients, des produits commercialisés ou encore des salariés, le nombre de données produites chaque jour dans les organisations explose. Pour pouvoir les exploiter correctement et les valoriser, il est essentiel d’assurer leur qualité, leur sécurité, et donc de définir une stratégie claire de gouvernance des données. Pour assurer ces différentes missions, un nombre croissant d’organisations embauche des Data Owners (“propriétaires des données” en français). 

Le Data Owner est désigné référent des données d’un périmètre défini. Généralement, il existe un Data Owner par service ou secteur de l’entreprise. Le directeur marketing est ainsi désigné comme le Data Owner des données clients, le directeur des ressources humaines comme le Data Owner des données sur les salariés,… Il est essentiel que le Data Owner soit suffisamment élevé dans l’entreprise et qu’il ait un minimum de pouvoir pour effectuer des changements et disposer d’un budget pour assurer sa mission. 

Le Data Owner doit à la fois connaître la nature des données qu’il détient, avoir une connaissance approfondie des règlements et lois relatifs à la protection et à la confidentialité des données (tels que le RGPD), et avoir compris les besoins et les règles de l’organisation pour laquelle il travaille. 

Les organisations sont de plus en plus nombreuses à prendre conscience de la valeur de leurs données et à une stratégie data. Par conséquent, les recrutements de chefs de données sont en nette hausse depuis quelques années. D’après une étude d’EBG, 59 % des organisations françaises interrogées employaient au moins un Chief Data Officer. Ce chiffre est en hausse constante, puisqu’il n’y en avait que 18 % en 2016, et 23 % en 2017.  

Quelles sont les missions du Data Owner ? 

Désigné comme propriétaire des données, le Data Owner a davantage un rôle décisionnel quant au traitement des données dont il a la responsabilité. Il a notamment pour missions : 

  • D’assurer la mise en conformité des données de son organisation avec les règles de l’entreprise, mais aussi avec les règlements relatifs à la protection des données tels que le RGPD. 
  • D’assurer la sécurité et la qualité des données dont il est responsable. Il doit entre autres superviser les activités directement liées à la qualité des données. 
  • De mettre en valeur les données et les communiquer aux responsables de l’organisation pour soutenir la stratégie et les opérations de l’entreprise. 
  • De sécuriser les données pour éviter leur compromission. Il est notamment important de définir les droits d’accès aux données concernées, et limiter leur exposition à de potentielles failles de sécurité. La sécurité des bases de données est primordiale pour réduire le risque de violation des données. 

Quelle est la différence entre un Data Owner et un Data Steward ? 

Les missions des Data Owners et des Data Stewards sont similaires, ou plus exactement complémentaires. Nous l’avons vu précédemment, le Data Owner est généralement responsable d’un service de l’entreprise (du service marketing par exemple). Il ne dispose pas toujours des connaissances et/ou du temps nécessaires pour assurer cette responsabilité de traitement des données. Pour l’aider dans cette mission, il doit donc désigner un (ou plusieurs) Data Steward, c’est-à-dire un gestionnaire de données. Ce dernier est en quelque sorte le bras droit du propriétaire des données et a plusieurs responsabilités au sein de l’organisation :

  • La supervision opérationnelle. Il doit superviser le cycle de vie d’un ensemble particulier de données, comprenant la réception, le stockage, le traitement ou encore la transmission des données aux systèmes internes et externes. 
  • Assurer la qualité des données. Le Data Steward établit des mesures et des exigences concernant la qualité des données. Avec ses équipes, il doit établir des procédures pour détecter et corriger les problèmes de qualité des données. 
  • Assurer la protection de la vie privée, sécuriser les données et gérer les risques. Le Data Steward a pour mission d’établir des mesures concernant la conservation, l’archivage et l’élimination des données, et doit veiller au respect de la politique et des réglementations institutionnelles.
  • Définir des politiques et procédures d’accès aux données. En appliquant le principe du moindre privilège, le Data Steward définit les critères d’autorisation et les procédures d’accès aux données en fonction du rôle et de la fonction de chaque utilisateur. 

Le Data Steward va effectuer des recherches et proposer des mesures correctives au Data Owner, qui sera alors chargé de les approuver ou non. 

Data Owners et gouvernance des données 

Dans une organisation, les Data Owners (ainsi que les Data Stewards) ont un rôle clé dans la gouvernance des données. Cette stratégie définie par l’entreprise est incontournable lorsque l’organisation traite un grand nombre de données. Cet ensemble de processus, de fonctions, de règles, de normes et de paramètres visent à aider les organisations à atteindre leurs objectifs en garantissant la qualité et la sécurité des données. 

La stratégie de gouvernance des données doit entre autres établir les rôles et responsabilités des membres de l’organisation, et notamment ceux du Data Owner et du Data Steward. 

Quelles doivent être les compétences d’un Data Owner ? 

Pour Béa Arruabarrena, maîtresse de conférence au Cnam, le Data Owner a pour “rôle principal [...] d’assurer le management des données au sein de l’entreprise”*. Toujours selon la chercheuse, le Data Owner “développent trois types de connaissances :

  • Techniques pour collecter et structurer des données massives.
  • Analytiques pour extraire l’information et la connaissance utile et pertinente”.
  • Managériales “pour la gestion des données et de leur qualité”. 

*Arruabarrena, Béa. « Big data & éthique : la qualité des données en débat », Laurence Balicco éd., L'éthique en contexte info-communicationnel numérique. Déontologie, régulation, algorithme, espace public. De Boeck Supérieur, 2018, pp. 23-38. 

Be the first to comment

Comments ( 0 )
Please enter your name.Please provide a valid email address.Please enter a comment.CAPTCHA challenge response provided was incorrect. Please try again.