X

Retrouvez toute l'actualité autour des technologies émergentes et leur impact sur le marché et la société.

Pourquoi la finance détient les clés de la DeLorean

Valerie De Montvallon
Marketing Director SaaS chez Oracle


image delorean

Par Laurent Dechaux, Applications Vice President for ERP Western Europe, Oracle @LaurentDechaux

Prévoir l'avenir est une science notoirement inexacte. Au mieux
pouvons-nous faire quelques suppositions bien avisées en extrapolant à
partir de notre expérience passée et des tendances actuelles. Les plus
optimistes pensent pouvoir faire un remake du film Retour vers le futur 2 (je croise encore les doigts en espérant obtenir un jour un hoverboard capable de voler sur l'eau).

Mais prévoir l'avenir est exactement ce que l'on attend des
directions financières. A court terme, les analyses financières
permettent de prévoir les performances de l'entreprise dans le trimestre
qui vient. A plus longue échéance, une analyse plus approfondie des
données de l'entreprise doit permettre de concevoir ses stratégies
commerciales à long terme. Face à de telles attentes, le DAF et ses
équipes sont sous pression. On attend d'eux qu'ils maîtrisent ces
prévisions au point d'en faire une discipline aussi précise que
cohérente.

Les nouvelles technologies digitales telles que le Cloud et les Big
Data aident les professionnels de la finance à atteindre ces objectifs,
en leur permettant de relier quasiment en temps réel les informations
issues de tous les systèmes de l'entreprise afin d'obtenir une
représentation plus complète de sa situation actuelle et de sa
trajectoire future.


Une influence croissante

On demande aux DAF de prendre une part croissante dans la définition
de la stratégie de l'entreprise, en utilisant leur compréhension de ses
données financières pour piloter de façon plus intelligente ses
investissements et prendre des décisions capables de générer de la
croissance. En transférant leurs applications financières dans le cloud,
les organisations deviennent capables de combiner beaucoup plus de
sources de données dans leurs analyses et de les réaliser plus
rapidement. Les DAF acquièrent ainsi une meilleure vision des
performances de chacune des activités de l'entreprise, mais aussi des
opportunités de transformation susceptibles de créer plus de valeur.

Avec les possibilités de plus en plus larges qu'offre l'analyse
moderne des données, les équipes financières vont pouvoir identifier de
nouvelles opportunités commerciales en s'appuyant sur les tendances
macroéconomiques, les risques financiers, les politiques de prix et
quantité de nouveaux facteurs. Par exemple, l'analyse des coûts
d'approvisionnement sur un marché émergent pourra aider une entreprise à
choisir le meilleur moment pour lancer un nouveau produit dans le pays.

Il en est de même pour l'anticipation des risques. Une approche plus
unifiée de l'analyse des données associant les données opérationnelles
de chaque activité avec celles des systèmes ERP et EPM permet aux
équipes financières de fournir des analyses en temps réel sur la
perception d'un nouveau service par les clients. Elle leur permet aussi
d'identifier plus facilement les problèmes potentiels, avant même qu'ils
ne se concrétisent, afin que le service concerné puisse les traiter de
façon proactive, ou au moins en maîtriser les effets.

Les meilleures équipes financières utilisent également de nouvelles
sources de données pour mesurer plus précisément la valeur des actifs de
leur entreprise, en particulier les actifs incorporels tels que les
marques et la propriété intellectuelle qui constituent pour les
investisseurs des indicateurs de plus en plus importants de la santé
d'une entreprise. Dans les années qui viennent, la cohérence et la
précision du reporting de ces données deviendront des caractéristiques
incontournables des directions financières modernes.


Fournisseurs d'informations

L'élargissement des compétences de la finance passera également par
les services rendus aux directions opérationnelles, pour les aider à
développer et à piloter des stratégies gagnantes. Ce qui se traduira par
une démocratisation toujours plus poussée des données au sein de
l'organisation.

Une étude récente réalisée par CIMA et Oracle dessine un avenir dans
lequel les directions financières deviennent de véritables fournisseurs
de données de gestion – au lieu de conserver jalousement les analyses
qu'elles élaborent. Non seulement les DAF et leurs équipes vont
collecter et vérifier les données, mais ils vont aussi diffuser ces
informations et partager des analyses à forte valeur ajoutée avec les
différentes entités opérationnelles de l'entreprise.

Un rapport d'Accenture
va dans le même sens, en estimant que d'ici 2020, plus de 80% des
services financiers traditionnels (tels que le traitement des
transactions, le contrôle de gestion ou la gestion des risques) seront
réalisés par des équipes multidisciplinaires plutôt que par la seule
direction financière.



“Le savoir est le pouvoir” – si l'on accepte ce vieil adage, alors à
l'ère du digital ceux qui sauront extraire les analyses les plus
pertinentes des données de l'entreprise seront les plus respectés par la
direction générale. Ces dernières années, les DAF ont clairement marqué
des points sur ce terrain. Avec l'adoption progressive de systèmes de
back-office financier plus évolués, les directions financières vont
pouvoir aider l'entreprise à planifier encore plus intelligemment ce que
l'avenir lui réserve – les hoverboards comme le reste.

Be the first to comment

Comments ( 0 )
Please enter your name.Please provide a valid email address.Please enter a comment.CAPTCHA challenge response provided was incorrect. Please try again.