X

Retrouvez toute l'actualité autour des technologies émergentes et leur impact sur le marché et la société.

Passer de la pyramide au diamant – ce que les leaders financiers doivent savoir

Les services financiers sont en pleine mutation. Jusqu’à tout récemment, la structure traditionnelle en pyramide était tout à fait adaptée, mais l’arrivée de nouvelles technologies signifie que les entreprises doivent redéfinir leur structure.

Jusqu’à présent, la plupart des services financiers étaient organisés de la manière suivante : un directeur financier au sommet, appuyé par des responsables fonctionnels dans des domaines tels que la trésorerie, le reporting, le contrôle financier et la planification – une hiérarchie de leadership. Les cadres supérieurs dans leur équipe partagent des connaissances spécialisées sur la gestion du risque, l’évaluation du rendement ou la création de valeur. En-dessous d’eux, un plus grand nombre d’experts techniques fournissent des analyses pour générer ces connaissances. Tout en bas, de grandes équipes collectent les données et effectuent les tâches basiques de traitement et d’analyse.

Avec l’arrivée de technologies sophistiquées permettant l’automatisation du traitement des données, cette structure est en train de changer. Quand une entreprise dispose de systèmes comme Oracle ERP Cloud pour automatiser une grande partie de la collecte, de la vérification et de la validation des données, cette armée de techniciens n’est plus nécessaire.

C’est la raison pour laquelle l’Association of International Certified Professional Accountants (Association de comptables professionnels agréés), qui représente AICPA et CIMA, a pensé à une autre structure pour les services financiers d’aujourd’hui et de demain. « La finance moderne voit l’arrivée d’un nouveau modèle d’exploitation », déclare Peter Simons, directeur technique associé auprès de l’Association. « Ce nouveau modèle devrait permettre aux services financiers de soutenir l’agilité de l’entreprise. »

Il s’agit d’une structure en hexagone – un peu plus étroite au sommet qu’à la base. Les services financiers ont toujours besoin de leaders, décideurs et influenceurs stratégiques pour l’ensemble de l’entreprise. En-dessous d’eux, les experts techniques sont mis en valeur par ceux qui ont des compétences plus générales, comme le partenariat, l’influence et l’innovation. Ils sont de plus en plus soutenus par les technologies d’IA dans les systèmes ERP qui renforcent leur capacité à appuyer d’autres fonctions de l’entreprise, augmentant ainsi leur charge de travail.

Les niveaux de traitement et de collecte des données ont déjà tendance à être beaucoup plus modestes – une tendance qui se poursuivra à mesure que de nouvelles technologies, comme la Blockchain, l’Internet des objets (IoT) et le machine learning deviennent plus courantes.

Cette évolution demandera des efforts accrus à certains collaborateurs du département finances. Le recueil de données précises et l’extraction d’analyses de base, pour les rapports internes et externes, par exemple, sont des tâches bien définies, simples et facilement vérifiables. Entreprendre des analyses plus sophistiquées pour générer des informations qui permettront de prendre des décisions à l’échelle de l’entreprise est beaucoup moins évident.

« Les professionnels de la finance ont tendance à surestimer l’importance de l’intégrité des données, vu le poids de cette valeur pour le reporting statutaire, » explique Peter Simons. « Dans l’exploration des données, par contre, il peut être plus important de trouver des modèles ou des corrélations pour déterminer si quelque chose est directionnellement correct par rapport à la précision totale. » D’où la croissance et l’évolution de ces niveaux intermédiaires.

L’Association s’est penchée sur cette question dans un récent rapport sur les changements de mentalités et de compétences que les leaders financiers devront entreprendre dans leurs équipes. Les changements sont évidents : de la collecte des connaissances à leur interprétation ; du traitement des données aux interactions avec les parties prenantes ; de l’offre de réponses de base à la formulation de questions complexes.

Ces évolutions reflètent des changements plus radicaux dans la structure hiérarchique, de la pyramide au diamant, à mesure que chaque fonction commence à voir l’automatisation des tâches de routine, et que les systèmes connectés par le Cloud permettent de fournir des données cohérentes, fiables et en temps réel aux équipes analytiques et d’aide à la décision des niveaux intermédiaires. La solution de gestion de la performance « Enterprise Performance Management » basée sur le Cloud facilite non seulement ce changement, mais l’encourage également dans un nombre croissant d’entreprises.

Les leaders financiers qui adoptent ce changement de structure, qui investissent dans les technologies qui l’encouragent et dans les nouvelles compétences requises dans ce niveau intermédiaire crucial, y verront un avantage compétitif. Quand les services financiers ont suffisamment d’agilité pour fournir des analyses plus rapides et de meilleure qualité ainsi que les connexions pour s’assurer qu’elles sont correctement déployées, les avantages se font sentir à l’échelle de l’ensemble de l’entreprise.

 

En savoir plus sur la façon dont les DAF construisent de nouvelles architectures en lisant notre récent rapport ici.

Be the first to comment

Comments ( 0 )
Please enter your name.Please provide a valid email address.Please enter a comment.CAPTCHA challenge response provided was incorrect. Please try again.