X

Retrouvez toute l'actualité autour des technologies émergentes et leur impact sur le marché et la société.

Oracle Modern Cloud Day - Pourquoi une infrastructure cloud de deuxième génération ?

Valérie Sturbois
Customer Markerting Manager South Europe chez Oracle

Karim Zein

« Depuis cinq ans, tout a changé ! Le degré de maturité des entreprises face au digital a fortement évolué, et elles consacrent du financement à cette transformation. Sur le terrain, nous constatons plus d’expérimentations qui se concrétisent par un passage à l’échelle du prototype. Et de nouveaux business-modèle émergent avec de fortes propositions de valeur permettant d’améliorer les performances de l’entreprise, aussi bien sur le plan de l’efficacité que sur l’augmentation du chiffre d’affaires, » constate avec satisfaction Karim Zein, Vice-President Country et Leader Technology chez Oracle France, en introduction de l’événement Oracle Modern Cloud Day à Paris.

Relever les défis de l’ère numérique avec un cloud de nouvelle génération

Au cœur de ce changement, on retrouve non seulement les équipes informatiques, mais également les équipes en charge du digital. Les dirigeants prennent de plus en plus conscience que l’informatique doit, prendre en main le digital afin de répondre au niveau d’exigence de plus en plus élevé des métiers.

« Oracle accompagne l’entreprise et facilite l’évolution vers le digital grâce à une offre unique favorisant la transformation des métiers, et ses employés en France. Ces derniers sont tous passionnés de technologies et de digital, et concentrés sur la valeur ajoutée qu’ils peuvent apporter aux entreprises de tous les secteurs, » rapporte le leader Technology d’Oracle France.

La différence d’Oracle tient aussi dans sa plate-forme cloud, autonome, intégrée et sécurisée :

  • Une infrastructure cloud de deuxième génération, capable de répondre aux défis du cloud moderne permettant d’héberger et d’exécuter les applications les plus critiques ;
  • La première base de données autonome au monde, Oracle Autonomous Database, permettant de stocker toutes ces informations dans un lac de données, piloté et optimisé grâce à l’intelligence artificielle et au machine learning (apprentissage automatique par la machine) ;
  • L’offre SaaS la plus large du marché, du marketing aux ventes en passant par la gestion de la chaîne logistique, la gestion des ressources humaines, l’ERP… Le tout dans une approche Best-of-Breed (les meilleures solutions spécialisées, intégrables entre elles).

« Oracle peut ainsi accompagner les entreprises pour relever les 3 défis majeurs de cette évolution numérique : ouvrir le système d’information sans compromettre la sécurité, faire en sorte que les applications de nouvelle génération rendent les mêmes services que l’existant et plus, et favoriser la modernisation des applications existantes dans une approche move-to-cloud, » assure Karim Zein.

Pourquoi fallait-il une nouvelle génération de cloud ?

Après le lancement du cloud Oracle de première génération (OCI pour Oracle Cloud Infrastructure) en 2014, de nombreux clients ont opéré diverses migrations de charges de travail et d’applications non critiques. Lors d’Oracle OpenWorld 2018, l’éditeur a donc annoncé avoir tout mis en œuvre pour déployer une infrastructure de deuxième génération permettant de réaliser les ces opérations pour les applications critiques.

« Nos équipes ont conçu une nouvelle infrastructure cloud à partir de zéro afin de répondre à tous ces challenges, » explique Régis Louis, Vice-President Technology Strategy EMEA chez Oracle. « Il nous fallait relever l’un de plus gros défi : la sécurité. Il fallait assurer une réelle isolation physique entre les instances des clients sur le cloud, mais également entre l’infrastructure Core et les instances des clients. Par ailleurs, nous avons décidé de proposer une solution avec un chiffrement total de bout en bout, dont les clés sont gérées par le client et chez le client s’il le souhaite. Par ailleurs nous nous sommes appuyés sur les meilleures expertises de sécurité dans nos environnements, en déployant les meilleures pratiques en la matière. »

Régis Louis

Autre atout important de cette infrastructure cloud de deuxième génération, les performances sont consistantes et prédictibles. Un axe primordial qui permet d’assurer aux clients les niveaux de qualité de service (par contrat) aussi bien pour la puissance de calcul que pour le stockage ou le réseau.

Côté facturation, un juste équilibre a été trouvé entre les performances et le coût. En effet, la facturation à la minute peut s’avérer rapidement intéressante. En effet si l’entreprise peut réaliser trois fois plus de tâches en une minute, le coût final est donc trois fois moins élevé.

Les entreprises recherchant du cloud hybride peuvent bénéficier de cette technologie de nouvelle génération sur site grâce à l’offre Oracle Cloud@Customer (Cloud at Customer). Ainsi le client peut conserver ses données et ses applications chez lui, et disposer de cette infrastructure – gérée par Oracle- derrière son firewall.

Côté multicloud, l’éditeur a fait en sorte de favoriser l’interopérabilité de son infrastructure, et multiplier les partenariats comme ceux signés avec Microsoft Azure et VMware.

« Aujourd’hui, le cloud Oracle déjà est déployé sur 16 régions, et elles seront au nombre de 36 d’ici fin 2020, » annonce Régis Louis. « Un datacenter sera ouvert tous les 18 jours l’an prochain. Ainsi, toute entreprise pourra trouver une infrastructure de proximité, conçue dans le respect de l’environnement, avec des équipements 100 % recyclables. »

Intelligence artificielle à tous les étages

Au-delà de la mutualisation permise par le cloud, il s’agit également d’éliminer un maximum de tâches manuelles grâce à l’automatisation, pour rendre l’informatique plus intelligente et surtout autonome.

« Oracle investit fortement dans les applications en y intégrant de l’intelligence artificielle, qu’il s’agisse de la gestion logistique (SCM), de la gestion des ressources humaines (HCM), etc. » rapporte Régis Louis. « En parallèle, nous investissons également dans la technologie en déployant de l’intelligence artificielle et du machine learning au niveau des infrastructures, afin que les entreprises puissent profiter pleinement de la puissance limitée du cloud, sans intervenir : du logiciel qui gère du logiciel. Et bien entendu, l’intelligence artificielle et le machine learning s’appliquent également à la base de données qui devient autonome à tous les niveaux : les opérations, la sauvegarde, la sécurité, l’auto réparation… Cela est rendu possible grâce à des dizaines d’années d’expérience sur l’utilisation des bases de données par nos clients. Et il en va de même sur le système d’exploitation. »

Oracle propose également une plate-forme pour gérer les cycles de vie des algorithmes en entreprise, et plus particulièrement pour le machine Learning. Précision : le choix stratégique “Cloud Dev First” bénéficie également aux solutions sur site qui sont parallèlement enrichies des mêmes innovations.

Voir ou revoir

Transformation digitale : le cœur ou la raison ?

Qu’est-ce que la dynamique d’innovation et d’automatisation ?

Hyperlex : et si votre entreprise se dotait d’une intelligence contractuelle ?

Be the first to comment

Comments ( 0 )
Please enter your name.Please provide a valid email address.Please enter a comment.CAPTCHA challenge response provided was incorrect. Please try again.