X

Retrouvez toute l'actualité autour des technologies émergentes et leur impact sur le marché et la société.

Les RH prennent une longueur d'avance en assurant la pérennité des talents

Perry Timms
Chief Energy Officer (CEO), PTHR

Les entreprises ont amorcé leur transformation RH il y a maintenant plus de 20 ans. C’est une bonne chose, car cela montre que les RH ne sont ni statiques, ni rigides. Cela signifie également qu’elles s’ajustent en permanence au contexte extérieur, s’adaptent aux besoins de l’entreprise et ne s’appuient pas sur des observations stratégiques liées aux talents pour orienter les activités. Comment aider les RH à passer à la vitesse supérieure une fois ce cap atteint ?

  • En s’attaquant directement au cœur du problème : la productivité est la priorité numéro 1 des entreprises, tandis que les ressources humaines et la culture occupent le bas du classement. Les RH sont perçues comme un coût plutôt que comme un investissement
  • En éliminant ce qui freine les RH : les tâches liées à la gestion des données ou nécessitant un volume de travail important
  • En pérennisant les talents : les RH pourraient en effet se préparer efficacement au monde de demain 

« Les RH prennent une longueur d’avance sur… » : quel que soit le domaine concerné, cette formule est généralement reçue avec un certain scepticisme dans le monde de l’entreprise, où l’intérêt des RH en termes d’impact et de création de valeur est souvent déprécié. 

L’un des facteurs expliquant le scepticisme qui entoure les RH (même si ce secteur est en pleine transformation depuis 20 ans), c’est que la question de la productivité reste sans réponse. Le plafonnement de la croissance traduit une obsession envers l’automatisation et le développement des machines. Les esprits plus sages diront cependant que cela souligne un manque d’intérêt pour le pouvoir des collaborateurs, et parfois même des personnes. 

C’est ce qu’illustre le récent départ de Jony Ives d’Apple : ses designs ont donné naissance à de nouvelles lignes de produits et ont aidé Apple à se faire une place dans l’électronique grand public. Paul Polman, PDG d’Unilever, a pour sa part apporté bien plus qu’une vision. Il a défini un nouvel objectif pour les entreprises qui ont une conscience éthique et qui, tout en cherchant à générer du profit, doivent honorer certains engagements écologiques et sociétaux.

Ce scepticisme perpétuel vis-à-vis des RH est-il fondé ? Selon la dernière étude réalisée par Oracle,  la réponse est non.
 

D’après cette étude, il existe des solutions simples pour s’assurer que les effectifs sont préparés pour l’avenir et possèdent les compétences optimales pour intégrer des systèmes et processus dynamiques et fonctionnels.  Cela montre que le suivi RH est suffisant mais qu'en revanche, d'autres responsables passent à côté du lien essentiel entre la compétence de collaborateurs et l'amélioration de la productivité.

Comment convertir les sceptiques en partisans, pour que les RH puissent prendre une longueur d’avance dans ce domaine?

C’est simple, il faut s’appuyer sur des données qui permettent de valider les hypothèses faites au sujet des talents et qui feront office de preuve auprès de ceux qui en doutent. 

Voici les principales conclusions de l’étude sur les RH :

1.     Pour améliorer la croissance, tenez compte de votre culture d’entreprise

  • 39 % des entreprises à forte croissance ont mis en place des projets innovants liés à leur culture, contre 20 % pour celles à la plus faible croissance

2.    Tout problème relevant des ressources humaines constitue souvent un obstacle majeur à la croissance.

  • 27 % des décideurs déclarent que le manque de leadership est la cause principale qui empêche la mise sur le marché de nouveaux produits, services et expériences client.

3.    Les entreprises où l’agilité est un maître-mot chez les collaborateurs ont une croissance plus rapide

  • 34 % des entreprises ayant connu une forte croissance ont finalisé des projets de redéploiement agile des talents, contre 17 % pour celles à la croissance plus faible

4.    Le plus difficile pour les responsables RH est d’aider les talents à devenir plus agiles. Le fossé entre le désir et la réalité est énorme pour les décideurs RH

  • 73 % déclarent que l’agilité est essentielle dans leurs équipes, mais seuls 30 % parviennent à l’atteindre
  • 72 % affirment qu’il est important que les employés aient accès aux données, mais seuls 35 % le leur accordent

Cela ressemble fort à une étude de cas simple et qui parlerait d’elle-même. 

Travailler avec des collaborateurs talentueux qui s’appliquent à leurs tâches renforce la créativité et la flexibilité de l’entreprise permet d’apporter un avantage concurrentiel et d’améliorer la productivité. De telles équipes doivent être reconnues et faire l’objet d’investissements. Elles attendent également des conditions de travail flexibles. De telles personnes doivent aussi rester accessibles aux équipes RH, qui sauront où le trouver et comment lui proposer le meilleur développement. Selon les données disponibles, cela devrait faciliter la croissance et l’innovation de l’entreprise. 

Il est temps de laisser carte blanche aux RH pour être à la hauteur de cette proposition.

Be the first to comment

Comments ( 0 )
Please enter your name.Please provide a valid email address.Please enter a comment.CAPTCHA challenge response provided was incorrect. Please try again.