X

Retrouvez toute l'actualité autour des technologies émergentes et leur impact sur le marché et la société.

La technologie au service de la santé publique

Matis PELLERIN
Corporate Affairs Director at Oracle

Alors que les nouvelles technologies façonnent le secteur de la santé et accélèrent le rythme de l’innovation, la puissance technologique du Cloud offre de nouvelles possibilités aux chercheurs - comme aux gouvernements - pour stimuler la recherche, les essais cliniques et améliorer le parcours de soin des patients ; c’est notamment le cas dans le domaine de la vaccination. 

 

Soutenir la création de nouveaux vaccins 

Une belle illustration de l’apport technologique du Cloud est le partenariat conclu en 2018 entre le CNRS, l’Université de Bristol et Oracle pour créer le premier vaccin contre le Chikungunya pouvant se conserver à température ambiante. 

Alors que cette maladie continue à frapper les populations en Afrique et en Asie, l’utilisation de vaccins thermostables (c'est-à-dire ne subissant pas de modification sous l’action de la chaleur et ne nécessitant donc pas d’être conservés au froid) est ainsi une immense avancée de la médecine ; en effet, les vaccins classiques nécessitent la mise en œuvre d’une logistique compliquée notamment pour leur transport vers l’Afrique subsaharienne, et leur stockage, une fois arrivés, en milieu réfrigéré. Les équipes du CNRS se sont ainsi mobilisées pour créer un vaccin d’un nouveau genre capable de répondre à cette problématique. Lors de leurs recherches, ils se sont rapidement heurtés à une quantité astronomique de données et à l’incapacité de les analyser convenablement afin d’en tirer un résultat probant pour pouvoir identifier un candidat-vaccin.

Afin d’accélérer ce processus d’analyse, Oracle a donné accès gratuitement à sa technologie Oracle Cloud Infrastructure (OCI) afin de construire une plateforme d’analyse - à la fois simple d’utilisation, et capable de traiter des calculs complexes à grande échelle et rapidement. Le CNRS a ainsi pu mettre au point un modèle numérique et synthétique du vaccin, sans adjuvants et pouvant se conserver à température ambiante.

 

Accompagner le déploiement de programmes de vaccination via le Cloud : une première

Oracle s’est aussi récemment associé au Tony Blair Institute for Global Change (TBI) en lui donnant accès gracieusement à ses infrastructures Cloud pour déployer ses programmes de santé publique à travers l’Afrique. Mettant à disposition des pays qui en font la demande notre nouveau système de gestion de santé, Oracle Health Management System, nous accompagnons ainsi depuis quelques jours les gouvernements du Ghana, du Rwanda et de la Sierra Leone dans la numérisation et l’harmonisation de leurs données sanitaires, à commencer par la gestion des vaccinations. Comme eux, tous les pays qui souhaitent en bénéficier auront accès au système et à son support gratuitement, pendant dix ans.

Ce système permet de créer un dossier médical électronique dans une base de données cloud pour chaque personne vaccinée. Extrêmement sécurisé (comme toute donnée hébergée dans le cloud d’Oracle, les informations sont totalement cryptées et non accessibles à Oracle ou à quiconque hormis au client), il est conçu pour être interopérable avec les technologies préexistantes dans chacun des pays et répondre à leurs exigences en matière de souveraineté des données. L'Afrique, en la matière, montre la voie puisque c'est la toute première fois que des données de vaccination sont stockées dans une base de données cloud à une échelle nationale.

 

Déjà 73 000 personnes vaccinées et enregistrées au cours des 8 premiers jours au Ghana

Dans un premier temps, ces trois pays utiliseront la technologie Oracle pour leurs programmes de vaccination contre la fièvre jaune, le papillomavirus humain (HPV), la polio et la rougeole ; dans un second temps, ce sera au tour du vaccin contre la COVID-19, dès que celui-ci sera disponible et distribué en Afrique. Aujourd’hui, les résultats sont déjà visibles et particulièrement encourageants, puisque ce sont plus de 73 000 personnes qui ont été vaccinées et enregistrées au cours des 8 premiers jours au Ghana !

Au total, le TBI et Oracle sont en pourparlers avec plus de 30 autres pays d'Afrique, d'Asie, d'Europe et d'Amérique du Nord qui évaluent la possibilité d'utiliser le même système cloud pour gérer leurs programmes de vaccination contre la COVID-19.

 

Dans le domaine de la santé, l’apport technologique du Cloud ne doit pas être sous-estimé, et il y a encore beaucoup de potentiel (télémédecine, recherches, gestion des patients, suivi médical, etc.). A l’heure où les systèmes de santé et les efforts de recherche ont été bouleversés par la crise de la COVID-19, les gouvernements doivent continuer à moderniser leurs systèmes de santé afin de gagner en efficacité et en performance et garantir la résilience de leurs infrastructures médicales.

Be the first to comment

Comments ( 0 )
Please enter your name.Please provide a valid email address.Please enter a comment.CAPTCHA challenge response provided was incorrect. Please try again.