X

Retrouvez toute l'actualité autour des technologies émergentes et leur impact sur le marché et la société.

Considérer les données comme des actifs financiers

Aujourd’hui, les données ont autant de valeur que l’argent. Tandis que les investisseurs cherchent à protéger leur portefeuille face aux fluctuations des devises, les responsables informatiques doivent chercher à assurer une qualité et une sécurité optimales des données. Les considérer comme un trésor qu'il suffirait de cacher sous un matelas n’est plus du tout envisageable. Les nouvelles technologies peuvent contribuer à renforcer la confiance accordée aux solutions Cloud.

Il se dit parfois que les données sont une nouvelle devise. Mais à l’instar de billets sortant d’un distributeur automatique, les 1 et les 0 n’ont pas la même qualité. Si certaines devises peuvent se dévaluer d’un jour à l’autre, les dollars ou euros que vous avez sur votre compte restent a priori une valeur sûre. De la même façon, les responsables informatiques doivent veiller à transformer leurs données en « investissement sûr », en biens précieux toujours disponibles, fiables et sécurisés.

Le Cloud a considérablement évolué. Lorsque la première génération de services Cloud a fait son apparition, beaucoup d’entreprises hésitaient à adopter cette nouvelle technologie car elles étaient confrontées à un dilemme : sécurité ou innovation. Elles décidèrent plutôt de s’appuyer sur leur propre infrastructure de sécurité informatique, à l’image de petits épargnants cachant des billets sous leur matelas plutôt que de les mettre à la banque. Tout est une question de confiance.

Mais grâce aux avancées technologiques et à l’émergence de services Cloud de deuxième génération, la confiance des clients a été renforcée. Aujourd’hui, près de huit entreprises sur dix estiment que le Cloud peut renforcer leur sécurité. Les dernières technologies permettent de gérer des charges de travail hautement complexes et donnent accès aux dernières innovations, telles que les bases de données autonomes et l’intelligence artificielle (IA). En outre, neuf entreprises sur dix confient qu’au moins la moitié de leurs données dans le Cloud sont des informations sensibles, preuve de la grande confiance accordée aux centres de données externes.

Lorsque la société LogOn a été créée il y a plusieurs années, étant donné que ses activités étaient axées sur l’Allemagne, son logiciel était hébergé dans un data-center régional. Dans le cadre de l'évolution de ses services et afin de déployer son système de recrutement en ligne vocal dans douze langues d’Europe occidentale, la société a transféré ses activités sur Oracle Bare Metal Service Cloud (Oracle BMC). 

Les membres de l’équipe de LogOn, dirigés par Peter Kolb, étaient conscients que la gestion d’une entreprise dans le Cloud impliquait de partager les responsabilités entre le fournisseur de services et eux-mêmes. Comme l’indique le Rapport 2018 d'Oracle et KPMG consacré aux menaces pesant sur le Cloud (Cloud Threat Report), « il est primordial que tous les membres de l'entreprise, et non pas seulement ses dirigeants, soient sensibilisés aux risques inhérents au Cloud et aux politiques permettant de se protéger contre ces risques. » C’est un jeu qui se joue à deux, qu’il s’agisse de la qualité ou de la sécurité des données dans un logiciel de recrutement ou de la protection de vos actifs financiers.

Dans le même temps, les initiatives de LogOn ne s’arrêtent pas là : « Nous cherchons actuellement à sécuriser les données grâce à la technologie blockchain », explique Kolb. La qualité des données sera assurément l’un des facteurs clés de cette évolution.

Découvrez comment les responsables informatiques et les dirigeants d'entreprise abordent la sécurité des données.

 

Be the first to comment

Comments ( 0 )
Please enter your name.Please provide a valid email address.Please enter a comment.CAPTCHA challenge response provided was incorrect. Please try again.