X

Retrouvez toute l'actualité autour des technologies émergentes et leur impact sur le marché et la société.

Cinq éléments essentiels à votre transition vers un modèle Cloud-native

Auteur: James Allerton-Austin, Directeur senior du Développement produits, Oracle EMEA

Pour garder une longueur d’avance, les entreprises doivent aujourd’hui déployer de nouveaux services plus rapidement que leurs concurrents. Pour y parvenir, les plus visionnaires d’entre elles optent pour un modèle Cloud-native.

Une approche Cloud-native efficace se caractérise par une relation étroite entre l’informatique et les métiers, garante de déploiements accélérés, d’une plus grande adaptabilité et d’une scalabilité sans précédent. L’approche Cloud-native du développement applicatif s’impose ainsi comme l’un des piliers d’une transformation digitale réussie.

Mais pour bien négocier le virage du Cloud-native, les entreprises devront prendre en compte 5 éléments essentiels :

1. Agilité

Toutes les entreprises cherchent à devenir suffisamment agiles pour réagir aux évolutions du marché et évoluer rapidement, sous peine de décrocher rapidement. Dans cette optique, l’approche Cloud-native les aide à se libérer de la lenteur des systèmes d’ancienne génération pour exploiter de nouvelles techniques, technologies et plateformes capables d’accélérer le changement.

Toutefois, la technologie ne peut pas tout à elle seule. Pour donner corps au changement, les entreprises doivent renforcer la relation et harmoniser l’action des métiers et de l’informatique. Or, pour beaucoup d’entre elles, cela passe par une véritable révolution culturelle. Les dirigeants ont en ce sens un rôle moteur à jouer par leur adhésion au modèle agile.

2. Conteneurs

L’évolution rapide des entreprises impose des changements de fond dans le cycle de déploiement des services IT.  En clair, la qualité et la fréquence de déploiement des applications dépendent d’une division de ces applications en plusieurs blocs que l’entreprise pourra lancer, mettre à jour et dimensionner séparément.

Les conteneurs constituent un élément clé de cette approche. Ils fournissent un bloc distinct dans lequel déployer un service et ses dépendances, plus rapidement et avec plus d’efficacité, tout au long du cycle de vie logiciel. Les conteneurs encapsulent tout le service, avec à la clé des migrations plus fluides entre les différentes phases de développement, de tests et de production. Autre avantage : l’élimination des risques d’erreurs humaines lors du déploiement de logiciels, pour une mise en production accélérée. Plus important encore, les conteneurs peuvent monter en charge de façon indépendante en environnement opérationnel, pour une réactivité exceptionnelle du développement jusqu’à la production.

3. DevOps

Le déploiement de services logiciels en production incombe généralement à deux pôles distincts, chacun avec son propre agenda : le développement et les opérations. Toutefois, pour accélérer leurs déploiements, les entreprises doivent fusionner activement ces deux groupes dans une seule et même équipe.

C’est ainsi qu’est né le DevOps, nouvelle composante essentielle qui nécessite l’investissement et l’adhésion de tous les acteurs concernés. Les entreprises doivent notamment investir dans la promotion d’une collaboration étroite entre les deux groupes, mais aussi dans l’automatisation. Objectif : déployer, exploiter, suivre et gérer les applications en continu, tout au long du cycle de vie − de l’idée de départ jusqu’au décommissionnement de l’application, en passant par le développement et les opérations.

4. Microservices

Les microservices réinventent l’approche architecturale du développement logiciel en divisant une application en plusieurs éléments conçus indépendamment. Chaque élément remplit une seule fonction bien définie, de façon à éliminer les dépendances entre les composants et les ressources qu’ils utilisent. Ainsi, il est possible de les modifier, de les réécrire et d’augmenter leurs capacités de façon indépendante. Autre avantage : l’interface « REST » permet de choisir librement le langage pour l’implémentation d’un microservice. Ainsi, pour chaque problème, il est possible de choisir la solution la plus efficace.

Ce faisant, les microservices donnent naissance à des applications plus flexibles, plus évolutives et plus résilientes pour répondre aux besoins des métiers.

5. Cloud

Au final, l’élasticité intrinsèque du Cloud reste l’élément central d’une transition Cloud-native réussie pour le développement d’applications métiers. Chacun des quatre éléments ci-dessus peut servir dans n’importe quel environnement. Toutefois, le succès de votre entreprise réside dans l’utilisation du Cloud pour ouvrir la voie à des déploiements rapides. Le Cloud vous fournit une plateforme d’une évolutivité incomparable, socle de l’agilité de votre entreprise. Il vous donne les moyens d’une automatisation du DevOps et d’une conteneurisation clé en main. Côté coûts, son modèle de paiement à l’usage abaisse les barrières à l’entrée pour bon nombre d’entreprises.
 


En alliant ces 5 éléments essentiels, les entreprises peuvent réellement enclencher la planification de leur transition vers un modèle informatique plus rapide, plus évolutif et plus innovant. Ainsi, elles pourront répondre plus rapidement au besoin le plus prévisible de tous : le changement.

Pour approfondir le sujet, lisez ce rapport consacré au développement d’applications Cloud-natives, fruit d’une enquête pour laquelle Ovum a interrogé des responsables IT sur leur propre transition vers un modèle Cloud-native.

 

Be the first to comment

Comments ( 0 )
Please enter your name.Please provide a valid email address.Please enter a comment.CAPTCHA challenge response provided was incorrect. Please try again.