X

Gestion de la construction : Actualités, Ressources et Meilleures pratiques

Forte incitation au changement dans le secteur de la construction

Nous avons tous pu l’observer : les grands projets prennent bien plus de temps à être finalisés et les dépassements de coûts très importants sont fréquents.

Chiffres à l’appui, McKinsey & Company nous expliquent : “Les projets d’envergure, toutes catégories confondues, accusent des retards de l’ordre de 20% par rapport aux délais fixés et des dépassements de budget de 80%.”1 Cela survient quand la taille moyenne des projets augmente, la complexité devient de plus en plus difficile à gérer et pérennité et bonnes pratiques sont plus que jamais nécessaires.


Il est clair que ces problèmes ne se règleront pas d’eux-mêmes. Des mesures s’imposent et le secteur a mis du temps à investir dans son avenir. La R&D dans le secteur de la construction accuse un retard important par rapport à d’autres secteurs. Moins de 1% des revenus du secteur est investi dans la R&D, contre 3,4 à 4,5% pour l’automobile et l’aérospatiale.2 « Le secteur de la construction est prêt à amorcer sa transformation » estime McKinsey ; et le Boston Consulting Group (BCG) partage cette opinion. Le BCG ajoute l’ingénierie à l’équation et déclare : « Contrairement à d’autres industries, les secteurs de l’ingénierie et de la construction ont tardé à adopter les nouvelles technologies et n’ont jamais subi de transformation majeure. »3

L’heure est au changement : le BIM et la transition numérique de l’écosystème de la construction

Opter pour la transition numérique est le meilleur choix que peut faire le secteur. Les analystes s’accordent à dire que les plus grandes opportunités de création de valeur au sein de l’écosystème de l’ingénierie et de la construction résident dans le développement et le déploiement des technologies et des processus numériques : « Le secteur de la construction sera bientôt caractérisé par des systèmes connectés de capteurs, machines intelligentes, terminaux mobiles et nouvelles applications logicielles, le tout intégré au sein d’une plateforme centralisée de modélisation des informations du bâtiment (BIM). »4

La perspective globale autour du BIM est la clé

Telle la copie digitale (« digital twin ») de l’ouvrage, le BIM permet une représentation numérique des caractéristiques physiques, fonctionnelles et du planning du projet. La représentation futuriste en 5D tient compte du coût et du planning d’un projet, en plus des paramètres de conception spatiale standard en 3D. Une copie digitale dans le cloud permet aux acteurs du projet de partager des données détaillées en temps réel et également d’intégrer et coordonner des activités. Résultat : moins d’erreurs, une efficacité accrue et, en fin de compte, un secteur beaucoup plus rentable.5

Pour tirer profit du BIM, les maîtrises d’ouvrage et les entreprises l’intègrent au projet dès la phase de conception. Son adoption peut permettre de réduire de 20% les coûts inhérents au cycle de vie d’un projet et d’améliorer considérablement la qualité et la sécurité tout en réduisant les délais d’exécution.6

D'ici là, le numérique permettra de réaliser des économies annuelles entre 700 et 1200 milliards de dollars US au sein du secteur ingénierie et construction.7 Les analystes préviennent que cela ne sera possible que si les technologies numériques deviennent la norme et qu’il sera nécessaire de prendre une décision quant à son adoption et son application. Certaines des applications et utilisations de ces technologies numériques comprennent :

  • Partage, intégration et coordination des données en temps réel par le biais du cloud ;
  • Planning de construction basé sur les données et exécution lean ;
  • Nouvelles méthodes de production, dont l’impression 3D ;
  • Construction automatisée et autonome ;
  • Suivi et surveillance rigoureux de la construction.8

Assurer la véritable transition du secteur de la construction

Voici donc le défi à relever aujourd’hui : réduire les délais d’exécution de projet et les dépassements de budget importants liés au cycle de vie de l’ouvrage, tout en adoptant de bonnes pratiques opérationnelles. Ce n’est plus seulement possible, c’est devenu indispensable.

La nouvelle prééminence du BIM dans le secteur ingénierie et construction n’est pas une coїncidence mais bien un signe précurseur. Pour fonctionner et prospérer dans le nouvel environnement numérique, les entreprises devront s’adapter et même restructurer leurs organisations et leurs processus.

Comme toujours, ce sont les pionniers qui se taillent la part du lion en matière de revenus. Et les revenus sont considérables.

McKinsey Global Institute estime qu’il faudra dépenser 57 000 milliards de dollars US en infrastructure d’ici 2030 pour suivre le rythme de la croissance du PIB mondial. Sans hyperbole, McKinsey affirme : « Les acteurs du secteur de la construction sont extrêmement motivés pour identifier des solutions permettant de transformer la productivité et l’exécution des projets grâce à de nouvelles technologies et des pratiques optimisées. »9

Références :
1 “Imagining Construction’s Digital Future”, juin 2016, McKinsey & Company, p.2
2 Ibid.
3 “Digital in Engineering and Construction: The Transformative Power of Building Information Modelling”, mars 2016, The Boston Consulting Group, p.2-3
4 Ibid.
5 Ibid., p.7
6 Ibid., p.2
7 “2016 ECS Value Creators Report: Building Endurance”, octobre 2016, The Boston Consulting Group, p.21
8 Ibid.
9 “Imagining Construction’s Digital Future”, juin 2016, McKinsey & Company, p.3

Note : Rapports cités dans cet article : “Imagining Construction’s Digital Future”, juin 2016, McKinsey & Company ; 2016 ECS Value Creators Report: Building Endurance, octobre 2016, The Boston Consulting Group; et “Digital in Engineering and Construction: The Transformative Power of Building Information Modelling”, mars 2016, The Boston Consulting Group.

Be the first to comment

Comments ( 0 )
Please enter your name.Please provide a valid email address.Please enter a comment.CAPTCHA challenge response provided was incorrect. Please try again.