Oracle Open World 2011 : Very Big (again) !

Translate in English

Oracle Open World continue a battre des records aussi bien en terme d'audience avec plus de 45000 personnes que de contenus, avec plus de 2000 sessions, sans parler des annonces majeures qui ont eu lieu cette année et sur lesquelles je vais revenir dans ce poste, jour par jour.

Premier jour : Engineered Systems

L'évènement a été lancé avec une "key notes" 100% matériel, autour des Engineered Systems, avec un rappel du succès d'Exadata et d'Exalogic, et du pourquoi : massivement parallèle à tous les niveaux, avec en plus la compression des données pour pouvoir bouger beaucoup de données, beaucoup plus vite qu'une architecture traditionnelle, le tout basé sur un coeur infiniband... Conception poussée jusqu'au processeur avec le T4 et Solaris côté système d'exploitation, qui aboutissent a un nouvel "Engineered Systems", le Supercluster, pour proposer la solution la plus adaptée (intégrée) sur le terrain des applications utiles à l'Entreprise (Java/Database). Pour le partie calcul géométrique, ce sera la prochaine étape...


""Cette première "key notes" s'est conclue toujours sur du "Hardware and Software Engineered to work together", pour délivrer des résultats "plus vite que la pensée" avec l'Exalytics, qui s'interface de préférence avec un Exadata, mais pas seulement... pourquoi pas votre SAP, pour en tirer des analyses très rapide sur une volumétrie de données importante, que l'on arrive à faire tenir dans 1 TB de RAM, grâce à des technologies de compressions (jusqu'à x5) qui ont été développées et intégrées dans Exalytics autour d'un moteur OBI EE, d'une base de données en mémoire et d'Essbase.

Deuxième jour : Simplifier, Accélérer & Big Data

Le deuxième jour, le matériel était présent dans toutes les sessions logiciel (et vis versa), car il faut simplifier l'intégration "Hardware and Software" pour accélérer les performances et les gains : une stratégie très clair avec une nouvelle annonce dans la lignée de simplification et d'accélération : la Big Data Appliance.

C'est une solution pour tirer de l'information d'une masse de données non-structurées. Type d'applications : détection de fraudes bancaires, connaissance et valorisation des clients, au travers d'analyses liées aux données des réseaux (sociaux). On y retrouve des mots clés comme No-SQL et Hadoop, intégré et industrialisé après le passage dans les mains de l'Engineering d'Oracle et évidemment connectable à de l'Exadata pour analyser le tout de façon efficace...

La Big Data Appliance est constituée notamment :

  • pour le matériel de 18 serveurs x4270 M2 avec pour chacun d'eux : 48 GB de mémoire, 12 Intel cores, 24 TB de stockage
  • pour le software d'Oracle no-SQL, de Hadoop et d'Oracle loader pour Hadoop
Pour plus d'information sur cette nouvelle solution, vous permettant de valoriser les données non-structurées qui vous entourent, je vous invite également à consulter ce lien : http://blogs.oracle.com/databaseinsider/entry/oracle_unveils_the_oracle_big

3ième jour : Architectures, Engineered Systems & Management du Cloud

""Encore une journée avec une forte tendance à voir surgir des Appliances ou "Engineered Systems" un peu partout et même chez nos concurrents. Toutefois, en y regardant de près, il y a toujours un détail ou deux qui fond la différence. Comme le disait Juan Loaiza, responsable des développements d'Exadata, dans la session de John Fowler sur la stratégie systèmes : "Architectures Matters", et c'est cette maîtrise des développements jusqu'aux applications qui fait l'efficacité et la différence, comparé à une méthode de pure assemblage. Le tout démontré en "live" sur 2 Superclusters dans le "DEMOground": l'un tournant  E-Business Suite et l'autre Peoplesoft et ayant permis de fournir l'étalon nous permettant de revendiquer un x2 par rapport au pure assemblage proposé par d'autres fournisseurs.

L'autre sujet d'importance, c'est bien évidemment, la sortie d'Enterprise Manager 12c avec des fonctions  indispensable pour réussir la transformation de l'IT vers le "Cloud" : self-services, provisioning (de bout en bout), charge-back, capacity planning... Cela accompagné par la fourniture gratuite d'une des briques de bases, Enterprise Manager Ops Center, pour tout systèmes Oracle sous support Premier. Encore une proposition de valorisation verticale de la stack pour un meilleur TCO, tout en garantissant une meilleur intégration "out-of-the-box"... C'était d'ailleurs l'une des conclusions de la session de Bank of America, expliquant sa migration sur Exadata.

Quatrième jour : Oracle Fusion Application & Cloud

Après une entrée en matière dans le dure (HW), une clôture qui décolle vers les couches applicatives... dans le Cloud Public d'Oracle, annoncé mercredi par Larry Elyson... Plus précisément, 3 annonces :

  1. La disponibilité (après 6 ans de développement) des Fusions Applications;
  2. Le Public Cloud d'Oracle permettant de fournir ces mêmes Fusion Applications "as a service", et en plus une plate-forme de développement 100% Java EE, avec les composants indispensables de l'infrastructure : Database services, Middleware Services, Security Services... plus une nouveauté : Data Services.
  3. Le Oracle Sociale Network (réseau social d'entreprise), permettant une mise en réseau et une interaction en continue intégrée au coeur des Fusion Applications.

Pour plus d'information, vous pouvez vous connecter sur : http://cloud.oracle.com

Un point caractéristique du Cloud d'Oracle est son appui sur les standards vs. d'autres solutions du marché qui disposent de langages propriétaires et induisent un verrouillage de fait... En corollaire, les bonnes questions que vous devez vous poser, tournent autour de la réversibilité et donc de la capacité à déplacer son application, ses données d'un fournisseur  à un autre, ou chez soi.... C'est un élément fondamental au quel Oracle répond sans compromis, c'est à dire pour Java, par exemple, la mise à disposition d'une plate-forme complète Java EE.... Ce qui est très loin des offres actuelles du marché dans ce domaine.

Quel en est le bénéfice direct pour vous : la compatibilité entre les standards de vos applications d'entreprise et ceux du Cloud Public d'Oracle. Ainsi vous pouvez bâtir votre Cloud privé (avec la solution optimisée d'Enterprice Cloud Infrastructure), et vous aurez la garantie de trouver d'autres acteurs compatibles, comme Oracle ou Amazone, car basé sur une solution reposant sur les  standards du marché.

Translate in English 

Comments:

Post a Comment:
  • HTML Syntax: NOT allowed
About

Eric Bezille

Search

Archives
« avril 2014
lun.mar.mer.jeu.ven.sam.dim.
 
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
    
       
Today