vendredi mai 16, 2014

Le Marketing Client entre dans l'ère numérique

*Source: Matinée Transformation Digitale Oracle le 10 avril 2014

Le marketing des années 2000 a vécu, et ne répond plus aux attentes du nouveau consommateur. Internet, réseaux sociaux, mobilité : le client surinformé peut en apprendre aux vendeurs, voire aux marketeurs… Les directions marketing et commerciales doivent évoluer, et les technologies répondrent présent. Attention toutefois à bien accompagner cette mutation.

Six recommandations pour réussir l’inévitable fusion du Marketing et des Ventes

Internet, mobile, forums et réseaux sociaux… les évolutions du comportement des clients impactent directement les processus et le métier de la vente et du marketing.

Le cabinet de conseil en stratégie et management Bain & Company dresse un tableau sombre de la situation marketing et commerciale des entreprises. Il alerte sur l’urgence de revoir les processus et  les compétences, et de déployer une informatisation adaptée.

Le changement des comportements d’achat s’accélère et les mondes du commercial et du marketing ne peuvent plus fonctionner sur des schémas trentenaires en silo.

Tandis que le client reprend le pouvoir dans la relation, et que les processus de vente deviennent de plus en plus complexes, les entreprises se penchent sur le ROI de leurs services commercial et marketing. Les données se multiplient à tous les stades et nécessitent une informatique efficace.

Dans ce contexte, comment prendre de l’avance ou ne pas accumuler de retard ?

Bain & Company décrit des évolutions majeures de la vente pour les cinq ans à venir :

- Les clients consacrent plus d’efforts à décrypter les offres que les entreprises n’en déploient pour comprendre les comportements d’achat.
Information en ligne, avis de consommateurs, sites comparatifs, journaux en ligne… le consommateur plus avisé change de comportement.

- 90 % du processus d’achat aura eu lieu en ligne, avant même que le vendeur ne s’adresse au client.
En 2012, 80 % des clients se renseignent en ligne avant un achat, contre 60 % en 2010 (source : Bain). Le client est souvent plus avisé que le vendeur !

- Une fonction “smarketing” émergera de la fusion des ventes et du marketing.
Le directeur financier réclame plus de croissance et de bénéfices, et exige des mesures de retour sur investissement (ROI) des fonctions commerciales et marketing. L’informatisation permet de mesurer ces activités avec précision.

- Le vendeur généraliste disparaîtra progressivement, nécessitant la formation de plus de 50 % des équipes en place, ou leur remplacement.
Les offres se multiplient et sont de plus en plus segmentées, nécessitant plus de compétences et de spécialisation à coordonner. Même les processus d’achats deviennent plus sophistiqués.

- Le coût du processus de vente peut croître plus vite que le chiffre d’affaires pour l’entreprise qui ne maîtrise pas la transformation des processus et de l’informatique.

On assiste à une saturation des données. Le client dispose de plus en plus d’information sur les produits/services et les entreprises. Les managers et dirigeants souhaitent pouvoir accéder aux informations en temps réel. Nouvelles informations, nouveaux accès et nouvelles attentes.

Bain & Company met en garde : Attention à l’approche trop technique et procédurale de la vente ! Ces métiers nécessitent de l’intuition, née de l’expérience du terrain. C’est pourquoi il convient de combiner judicieusement l’art et la science de la vente.

D’après l’étude Bain Future of Sales Survey, Sep 2013, 60 % des entreprises n’alignent pas leur offre sur leurs cibles, seulement 40  % d’entres elles ont des vendeurs comprenant leurs différenciateurs par rapport à la concurrence, seuls 35 % alignent leurs processus Marketing et Ventes, 30 % estiment que plus de la moitié de leurs vendeurs n’ont pas les compétences requises. Et sur 75 % des entreprises ayant investi en technologies, seuls 30 % ont vu croitre leur efficacité commerciale.


Bain & Company énonce six recommandations pour les leaders de demain 

1/ La focalisation

Il s’agit de proposer la bonne offre au bon client et au bon moment. Savez-vous si votre entreprise gagne ou perd des parts de marché sur ses segments clés et ses produits de référence ? Une bonne gouvernance de l’activité passe par une excellente visibilité des activités en temps réel et une bonne connaissance de ses clients.

2/ Connaitre la valeur et les valeurs.

Pour réussir, il faut non seulement identifier le potentiel financier du client (la valeur), mais également les valeurs qui motivent son comportement vis-à-vis d’une marque. Les segmentations en groupes de valeur et en types de comportements permettent d’aligner efficacement la stratégie de ventes.

Un gain moyen potentiel de 15 à 20 % du CA.

3/ Repenser le mix des canaux

Le mix des canaux de l’entreprise est-il adapté aux nouvelles attentes et aux nouveaux besoins des clients ? Il est indispensable d’intégrer les médias sociaux et de se positionner. Les clients sont sur le Web et les réseaux sociaux, l’entreprise se doit d’y être active, et proactive. Enfin, l’historique et le suivi du client doivent être complets et sans rupture entre les canaux : sur le Web, en magasin, via les réseaux sociaux…

Un gain moyen potentiel de 12 % à 20 % du CA.

4/ Aligner réellement le marketing et les ventes

Les achats en ligne et le marketing digital illustrent parfaitement la coopération indispensable entre les ventes et le marketing. Or, ces services fonctionnent encore “en mode silos”, avec un manque de collaboration pénalisant. En outre, la “citadelle” monolithique du marketing doit se diversifier selon les canaux, à travers un mix intelligent.

Un gain moyen potentiel de 8 % à 10 % du CA.

5/Améliorer les compétences

Face au client surinformé, le vendeur est souvent démuni. D’où la nécessité de lui répondre précisément avec des mises en scène évoluées, pour lui apporter une réelle valeur ajoutée. Il s’agit de maximiser la dernière étape de l’acte de vente avec le client.

Cette spécialisation nécessite formation, coaching et motivation positive des vendeurs.

Un gain moyen potentiel de 8 % à 15 % du CA.

6/ S’informatiser au mieux pour que les données libèrent pleinement le potentiel commercial

De son rôle de support administratif, l’informatique doit évoluer pour aider le vendeur à transformer l’opportunité en vente. Les fonctions analytiques et prédictives le guident pour imaginer les scénarios selon le profil du client. Phénomène émergeant, la “mass customization” offre en temps réel la possibilité d’adresser plus efficacement le client.

Un programme de digitalisation de la fonction commerciale réussi peut générer jusqu’à 20 % à 25 % de bénéfices supplémentaires.

Cette recommandation peut générer un gain moyen de 5 % à 10 % du CA, et une contribution évidente au développement des 5 autres recommandations.

Intégrer les nouvelles technologies en environnement informatique complexe

« Toute entreprise doit non seulement devenir acteur de sa Transformation Digitale, mais aussi spectatrice de celle de ses voisins ou concurrents, » explique Patrice Barbedette, Application Leader chez Oracle.

Face à la concurrence copiant son modèle de “cafés cozys” et décontractés, l’enseigne Starbucks cherche encore à se différencier plus fortement en créant des liens privilégiés avec ses clients. Elle crée avec succès des communautés en ligne, des programmes de fidélité connectés, le paiement avec le smartphone, etc. Pari réussi !

Grâce à la force de sa marque, Nike connait un fort succès dans son recrutement. Objectif : que le candidat vive une expérience de recrutement agréable. En effet, ce candidat est souvent un client, toujours un prospect. D’où le choix d’une solution de recrutement cloud simple et ergonomique.

« La transformation digitale s’inscrit dans un environnement informatique complexe, sur lequel l’entreprise doit intégrer les tendances efficaces : Cloud, Big Data, Social, Mobile et objects connectés » analyse Patrice Barbedette. « Oracle souhaite accompagner l’entreprise en créant un pont entre son infrastructure et ces nouvelles technologies. Nous proposons deux types d’approches : Entrepreneuriale, sur un projet rattaché au système d’information ; ou Pragmatique, sur un projet directement dans le système (évolution d’un ou plusieurs processus existants).»

Oracle Customer Experience (Oracle CX), solution d’expérience client la plus complète sur le marché, offre une plate-forme unifiée et modulaire complète : commerce, marketing, ventes, service client, social… intégrant cloud, mobilité, qualité des données, Business Intelligence… une suite ouverte et pouvant s’intégrer avec le reste du système d’information.

Une solution qui répond aux attentes de 87 % des entreprises qui estiment que la transformation digitale apporte un “avantage concurrentiel fort”. En 2014, 19% des dirigeants vont nommer un responsable des données (CDO pour Chief Data Officer) qui reportera directement au dirigeant.

mercredi avr. 30, 2014

Comment les professionnels RH peuvent-ils vraiment tirer parti des outils analytiques ?

C’est un fait : les équipes RH se montrent souvent sceptiques face aux approches basées sur les données – que les dirigeants leur réclament pourtant de plus en plus. Comment les responsables des ressources humaines peuvent-ils dépasser cette méfiance et apprécier enfin les bénéfices de l’informatique analytique ?


Les Big Data occupent aujourd’hui l’essentiel des discussions des conseils d'administration. Et les dirigeants sont aujourd'hui convaincus qu’une informatique analytique évoluée peut les aider à étayer leur stratégie en s'appuyant sur des preuves concrètes plutôt que sur des suppositions. C'est pourquoi ils demandent aux RH de produire des informations de plus en plus complexes afin d’alimenter la stratégie de l'entreprise.

Méfiance et scepticisme empêchent les RH d’évoluer

Le scepticisme dont font preuve les RH envers les bénéfices de l’informatique analytique reste le point le plus délicat. Ce scepticisme viendrait de la conviction que l’utilisation des données serait incompatible avec la mission des RH, consistant à gérer et à faire évoluer les employés en s'attachant à chaque individu. Pour certains de ces professionnels, il s’agit plutôt d’une réticence à sortir de la routine des RH “traditionnelles” pour adopter cette nouvelle approche.

Pourtant, entrer dans le monde des données ne revient surtout pas à sacrifier le rôle traditionnel des RH : “des gens qui s'occupent des gens” au sein d'une organisation. Lorsque les analyses sont en cohérence avec la mission et l'objet des RH, elles viennent renforcer plutôt que détériorer la valeur que produisent les équipes RH.

De nouveaux outils analytiques peuvent passer au crible d'énormes quantités de données, pour découvrir -par exemple- des modèles de comportements indiquant la probabilité du départ d'un salarié. Alors, des algorithmes prédictifs peuvent être développés et appliqués aux données concernant le personnel pour identifier les salariés qui s'apprêteraient à quitter l’entreprise. (...)

Lien vers l'article complet

lundi avr. 21, 2014

Expérience Client: êtes-vous en avance sur vos concurrents?



Découvrez si vous êtes en avance ou en retard sur vos concurrents en matière d’expérience client

Répondez simplement à 10 questions à choix multiple pour le découvrir et recevoir :

  • Vos évaluations des initiatives en matière d’expérience client Les évaluations globales et détaillées du domaine de l’expérience client de votre société
  • Où vous situez-vous par rapport à vos concurrents et homologues ? Découvrez si votre initiative en matière d’expérience client est en avance ou en retard

Pour commencer le test, cliquez-ici

jeudi avr. 17, 2014

Matinale Micropole & Oracle avec le témoignage de SILCA

Découvrez comment SILCA (GIE informatique du Groupe Crédit Agricole) a réussi à piloter le budget de ses coûts informatiques en quelques mois !


LE JEUDI 15 MAI 2014
Hôtel Edouard VII - 39 Avenue de l'Opéra - 75002 Paris

TEMOIGNAGE DE :
SILCA - Vincent MONTARIOL - Responsable du Contrôle de Gestion



Aujourd’hui, pour toute entreprise, industrialiser ses navettes budgétaires est un enjeu critique, tout comme pouvoir planifier et simuler l’ensemble des coûts et des charges d’un département.

Lors de cette matinée, vous découvrirez comment, en l’espace de 8 mois, SILCA, accompagné par Micropole, a mis en place un pilotage quotidien et précis de l’ensemble de son budget avec les solutions Oracle.


Vincent MONTARIOL, Responsable du contrôle de Gestion de SILCA, témoignera sur les enjeux, et attentes fonctionnelles du projet. Vous découvrirez ainsi la démarche entreprise et les bénéfices associés.

Patrice GODART, Directeur du Pôle Pilotage de la performance de Micropole, vous présentera les problématiques majeures d’élaboration et de planification budgétaire. Il vous dévoilera les bonnes pratiques et partagera avec vous des retours d’expérience.


Pour consulter l'agenda et vous inscrire, cliquez-ici

lundi avr. 14, 2014

Matinale Cloud Reporting Financier avec Neonn le 13 mai 2014



Nous vous donnons rendez-vous, le mardi 13 mai 2014 à partir de 08h30 à l'hôtel Méridien pour découvrir le témoignage exclusif d'Axens.

Premier acteur français à se lancer dans le Cloud HFM,
le groupe AXENS a choisi Neonn pour externaliser l'hébergement et l'exploitation de son environnement Oracle HFM.

Lors de cette matinale, vous aurez le plaisir de découvrir les témoignages de Pierre-Marie Galaup, CIO et Guillaume Goret, Responsable Consolidation et Prix de transfert Finance sur le choix de l'offre BPaaS.

Vous aurez aussi l'occasion de découvrir l'offre BPaaS créee par Neonn pour Oracle HFM ainsi que les enjeux du Cloud pour les directions financières
.

Venez donc échanger sur le Cloud privé HFM grâce à la fiabilité de Neonn, acteur maitrisant la consolidation dans toutes ses dimensions.

Pour vous inscrire, cliquez-ici
(Attention, nombre de places limité)



 

lundi avr. 07, 2014

Atelier en ligne le 6 mai 2014: Comment créer un devis dans le cloud ?

Le 6 mai 2014 à 11h : Booster vos revenus avec Oracle BigMachines!


La configuration produit, la tarification et l’élaboration de devis sont des domaines fondamentaux de l’activité commerciale.

Venez découvrir comment la solution Oracle permet d’accroître l’efficacité de vos forces de ventes, en gérant l’intégralité du cycle de vente.

Durant ce webcast de 30 mns, nous illustrerons dans la solution comment à partir d’une opportunité de vente un commercial créé en quelques clicks une offre homogène, la tarifie, génère une proposition et adresse la commande dans le circuit d’approvisionnement.


Inscrivez-vous !

vendredi mars 21, 2014

Petit-déjeuner débat: Le Cloud accélérateur de performance de la DAF ?




Le 08 avril prochain à l’hôtel du Collectionneur, Oracle en partenariat avec IDC  organisent une matinée dédiée à la fonction DAF autour notamment du témoignage du DAF de la société Delphi, de l’analyse IDC et de l’expertise d’Oracle.

"Les Directions Financières sont notamment très impliquées dans l’adoption par l’entreprise du modèle Cloud dont l’un des objectifs principal est la réduction des dépenses d’investissement. Un sujet qui les touche particulièrement."

Le saviez-vous? 74% des DAF utilisent des solutions de collaboration en mode SaaS.

Mais qu’en est-il des applications cœurs de métier : analyse de la performance financière, analyse des risques, gestion de la trésorerie, suivie des indicateurs de pilotage ?

La mise en œuvre d’un modèle Cloud peut ici aussi répondre aux enjeux de consolidation et analyse de grandes volumétries de données, accès en mobilité, contrôle des coûts informatiques. Certaines Direction Financières ne s’y trompent pas : près de 10% du marché des applications comptables et financières a déjà basculé vers le modèle Cloud.

Inscrivez-vous ici et échangez avec vos pairs sur les nouveaux enjeux des Directions Financières et l'impact du Cloud sur ses fonctions!

Attention, nombre de place limité!

lundi mars 10, 2014

Maximiser le taux de résolution au premier contact !

Comment maximiser le taux de résolution au premier contact pour une meilleure expérience client ?

 Pour le découvrir, rejoignez-nous le 25 mars!


Le déploiement d’Oracle Knowledge a permis à beaucoup d’entreprises de proposer un excellent service client sur tous les canaux et d’obtenir les avantages suivants :

> Réduire de 60% le volume d’appels en déployant un self-service hors pair
> Réduire le temps de résolution de 30%
> Réduire les escalades des demandes d’assistance de 40%
> Augmenter le taux de résolution au premier appel de 17%


L’implémentation d’une base de connaissance couplée à votre CRM permet une gestion unifiée des demandes pour maximiser le taux de résolution au premier contact et atteindre une meilleure satisfaction client.
  

Nos clients ont constaté que cette solution leur a permis :
> D’accroître la productivité  des agents en proposant la réponse pertinente extrêmement rapidement
> D’abaisser sensiblement les coûts de service en réduisant la durée moyenne de traitement et en augmentant le taux de résolution au premier appel
> De favoriser le partage du savoir faire et des informations clés de l’'entreprise, faciliter la formation.

Rejoignez-nous pour une session interactive le Mardi 25 Mars 2014 de 14h00 à 15h00: avec partage de retours d'éxpérience: Cliquez-ici

Et venez découvrir comment la gestion des connaissances peut vous permettre d’optimiser votre service client et de différencier votre marque.

jeudi mars 06, 2014

Journée Utilisateurs Oracle: réservez votre 27 mars!




Les Clubs francophones des utilisateurs de solutions Oracle se donnent rdv le 27 mars 2014 pour
l'événement majeur que constitue la Journée Utilisateurs.

Cette Journée est le point d’orgue des nombreuses réunions, commissions et ateliers organisés tout au long de l’année.

Elle représente une opportunité d’échanges et de partage sans équivalent avec vos pairs, les experts Oracle et des partenaires clés autour de thèmes d’actualité.

A cette occasion, cette journée accueillera exceptionnellement 3 VP Oracle qui interviendront, en séance plénière, sur les solutions E-Business Suite, PeopleSoft et J.D. Edwards.

La cérémonie de remise du Trophée des Trophées Oracle des Clubs Utilisateurs constituera également l’un des moments phares de cette Journée.
A l’issue d’une présentation des projets des 5 gagnants des Trophées, le grand vainqueur sera désigné. Il s’envolera pour San Francisco et participera à Oracle Open World 2014.

L’après-midi les ateliers thématiques seront organisés par Clubs: PeopleSoft Finance & HR, Taleo et JD Edwards.

Pour vous inscrire à cette journée et nous rejoindre dans le cadre exceptionnel du Cercle National des Armées, merci de cliquer-ici

Vous trouverez le programme de cet évènement et plus d'informations sur le site internet dédié.

mardi mars 04, 2014

Digital Transformation Day!



Oracle organise le 10 avril 2014, une matinale dédiée à la transformation digitale.

Quels sont les leviers de la transformation digitale dans vos métiers ?

Nous vous invitons à une rencontre exceptionnelle autour de la transformation digitale de l’entreprise pour comprendre comment la convergence de ces innovations offre de nouvelles perspectives à vos métiers.



· Pour cette matinale exceptionnelle, nous accueillerons François-Xavier Leclercq, VP EMEA Applications, Oracle ainsi que Bertrand Pointeau, Partenaire qui partegera la vision du cabinet de conseil en stratégie Bain & Company.


Le point fort de cette matinée? Des sessions thématiques avec témoignages clients pour vous permettre de découvrir les retours d'expérience de nos clients et échanger avec vos pairs sur l'un des enjeux majeurs du marché:

* Digitalisez et socialisez vos interactions clients avec Oracle Marketing Cloud avec le témoignage de Marie Escaro, Responsable Marketing Direct - Argus de la Presse & Hervé Pépin, Dirigeant-Fondateur de Conscient Networks  &  Administrateur Délégué de l'Adetem
* Améliorez votre efficacité commerciale où que vous soyez avec Oracle Sales Cloud
* Les clés d’un service client 5 étoiles avec Eric Dadian, fondateur et président - AFRC
* Vendez plus en maitrisant parfaitement l’expérience client de votre site marchand
* Optez pour le plateforme digitale la plus complète du marché : Mobilité , Webcenter, Sécurité


Suivez le fil sur @OracleAppsFR #OracleDigital !

Pour vous inscrire, cliquez-ici

jeudi févr. 20, 2014

Triple Coeur dans la Course du Coeur



Le Don d'organes, j'ai choisi, je le dis !

Pour cette 28ème édition,
Oracle France confirme une nouvelle fois son engagement pour soutenir le don d’organes en participant à la Course du Cœur 2014 organisée par l’association Trans-Forme aux côtés de son partenaire, SCC.

La Course du Coeur, c'est un événement avant tout sportif et solidaire qui met du don d'organes au centre de la course. Son but? Sensibiliser le grand public à la transplantation d'organes et la nécessité du don d'organes.

Triple Cœur est la réunion de deux partenaires du domaine de l’IT : Oracle, éditeur majeur mondial de solutions logicielles et d’infrastructure et SCC, 1er intégrateur de solutions d’infrastructure et de services.
Pour conserver une vraie dynamique autour de ce projet d’entreprise, Oracle cherche chaque année à innover. Aussi pour l’édition 2014, nous avions décidé de porter le message du don d’organes au-delà de nos murs et de partager cette formidable expérience Course du cœur avec notre partenaire SCC.
De son côté, le groupe SCC est engagé depuis 10 ans dans la promotion et le soutien de différents projets caritatifs tels que “Help for Heroes” qui vise à aider les anciens soldats d’Angleterre ou de suivre le programme de parrainage du canal British Waterways en Angleterre permettant ainsi de nettoyer l’eau polluée. Forte de cet exemple, SCC France a donc décidé d’entamer cette année des actions à responsabilité sociétale et s’est engagée dans 3 actions de mécénat dont la Course du cœur auprès de son partenaire Oracle qui œuvre déjà pour cette cause depuis 9 ans.
C’est dans une excellente ambiance que les deux sociétés se réunissent chaque semaine pour s’entrainer mais aussi pour sensibiliser au Don d’organes et pour montrer l’importance de la communication de chaque personne de son vivant sur le sujet.


Pour en savoir plus, cliquez-ici.

mardi févr. 18, 2014

7éme édition des Trophées Oracle: Clients & Partenaires récompensés


La soirée des Trophées s’est déroulée mercredi 12 février dans le cadre prestigieux de la Sorbonne avec la collaboration des Clubs Utilisateurs.

Cette 7ème édition animée par Pascal Thoreau, a réuni 200 participants et permis de décerner 6 trophées dont un prix « Coup de Cœur » mais aussi un prix « Partenaires » autour de projets liés à l’innovation, au SMAC et à la transformation digitale.


Vous avez dit « Innovation » ? Première nouveauté de cette édition, un trophée réalisé en 3D !


En effet, ce trophée a été créé par un étudiant des Beaux Arts et imprimé en 3D par Sculpteo en direct lors de la soirée dont Clément Moreau, CEO nous a fait découvrir le champs des innovations et transformations ouvertes par cette technologie de rupture.


Qui sont les gagnants ?

« Projet Cloud & Mobile » pour Alten
  Leader européen de l’Ingénierie et du Conseil en Technologies, 15 000 salariés dans 16 pays.
Le projet couvre fonctionnellement les forces de vente et l’activité de recrutement des ressources pour les projets d’ingénierie. Il mêle l’adoption d’une solution de CRM dans le Cloud avec l’apport de la mobilité pour les utilisateurs dans l’efficacité de leur mission. La refonte des processus front office a permis d’améliorer l’expérience pour les 700 utilisateurs de l’application. Les partenaires e-Frontech et Valtao ont accompagné Alten.

« Projet Private Cloud & Green » pour Bouygues Telecom
Troisième opérateur sur le marché français des communications électroniques sur lequel il est présent depuis plus de 16 ans, Bouygues Telecom continue d'innover pour faciliter la vie numérique de ses 13,1 millions de clients.
Dans le cadre du plan d’amélioration du SI, Bouygues Telecom a lancé dès 2011 un vaste programme de simplification et de rationalisation des infrastructures visant à augmenter la qualité de service des offres d’infrastructure, préparer le SI aux prochaines mutations business avec la digitalisation et réduire les coûts. Le partenaire D-FI a accompagné ce projet.


« Projet Transformation numérique » pour Michelin

Groupe implanté mondialement avec plus de 100 000 employés qui produit 166 millions de pneus et 10 millions de cartes & guides, compte 69 sites de production dans 18 pays, est présent dans plus de 170 pays.
Le programme mondial ERP Backbone est un grand projet de transformation numérique de la Supply Chain pour le marché chinois qui doit permettre d’augmenter les ventes et les parts de marché en se différenciant pour soutenir la croissance du Groupe Michelin et améliorer le standardisation des processus métiers. Knowmore et Capgemini sont les partenaires qui ont accompagné ce projet.


« Projet Cloud, Social Média et Mobilité » pour Technip

  1er groupe parapétrolier, Technip est le leader mondial du management de projets, de l’ingénierie et de la construction pour l’industrie de l’énergie.
Le projet consistait à se doter rapidement d’un SIRH Groupe international -l’existant comptait des dizaines de SIRH -pour mettre en oeuvre un framework interne destiné à supporter les demandes spécifiques, pour être capable de changer et de faire évoluer les briques du SIRH sans remettre en cause l’ensemble du système, pour proposer un accès performant et sécurisé aux modules du SIRH en mobilité. Le projet a été mené avec le partenaire Magellan Consulting.


« Projet Cloud et Expérience Utilisateurs» pour Maif qui remporte le prix « Coup de Cœur »

  Dans le cadre du Schéma Directeur Organisationnel, la DRH voulait disposer d’un SIRH permettant, d’une part, d’anticiper les mutations de l’entreprise en accompagnant ses grands projets de transformation, et d’autre part, de motiver les collaborateurs en ayant une meilleure connaissance des collaborateurs, de leur contribution et de leurs aspirations pour améliorer leur employabilité. Le partenaire ConvictionsRH a accompagné la MAIF dans cette transformation.


« Projet Transformation Numérique et Analytique, Celio» pour Fluid-e qui remporte le prix « Spécial Partenaires »


Revivez les moments forts de cette 7eme édition
:



jeudi févr. 13, 2014

Les enjeux business de la donnée

Sécurité, analyse en temps réel, rapidité d'accès : comment valoriser vos données et répondre aux besoins des métiers grâce aux systèmes Oracle ?

Pour vous aider à répondre à ces enjeux, Oracle vous invite à une matinée exceptionnelle :

Analyses et tendances du marché par Olivier Rafal, Pierre Audoin Consultants, présentation des innovations clés d’Oracle au service des données avec Ganesh Ramamurthy, Vice President Oracle Software development suivi d'une table ronde avec des entreprises utilisatrices :

Cofely Services – GDF Suez - Emmanuel Fouché, DSI
L'optimisation de l’efficacité métier (rapidité, analyse pointue) par une refonte d’infrastructure et bases de données.

Bouygues Telecom - Loïc Tourlourat, Responsable de la Stratégie et des Projets d’Infrastructure Risk reduction.
L’accélération et l’optimisation des accès aux données opérationnelles.

• Centre Hospitalier de Douai - Philippe Huddlestone, Directeur adjoint chargé du système d’information et télécommunication.

Le SI dans la santé : un projet de vie dans l'hôpital, ou comment gérer et sécuriser les données des patients et de tous les organismes impliqués.

AR Systemes, Didier Rault
L'efficacité du Cloud pour vos applications.



INSCRIVEZ-VOUS VITE !

vendredi févr. 07, 2014

Optimisez votre service client avec la gestion de connaissances

Lorsque vos clients ont besoin de support, obtiennent-ils une réponse satisfaisante rapidement – dès le premier contact ?

Peuvent-ils obtenir la même bonne réponse à partir de votre site Web, d’un agent de votre centre de contact ou d’un forum ?

Une gestion des connaissances bien exécutée peut vous aider à passer la bonne information aux bonnes personnes, au bon moment, à travers tous les canaux et rendre vos agents plus productifs, enchanter vos clients, et réduire les coûts.

Rejoignez-nous le Jeudi 13 Février 2014 de 11h00 à 11h45 pour découvrir comment la gestion des connaissances peut vous permettre d’optimiser votre service client et de différencier votre marque par:

    - L’amélioration considérable de l’expérience client via un service client cross-canal efficace
    - L’Augmentation de la productivité  des agents en proposant la réponse pertinente extrêmement rapidement
    - La baisse sensible des coûts de service en réduisant la durée moyenne de traitement et en augmentant le taux de résolution au premier appel
    - Le partage des informations clés l'entreprise, du savoir faire et accompagner la montée en compétence des collaborateurs.


Cliquez-ici pour en savoir plus.


jeudi févr. 06, 2014

Une solution de MDM à la Direction Financière : pour quoi faire ?

La nécessité d’un référentiel homogène à l’usage des Directions Financières est désormais une évidence pour nombre d’entreprises. Quels que soient les termes choisis pour désigner ces initiatives ; gestion des données de référence, convergences des hiérarchies, centralisation des paramétrages applicatifs, MDM (Master Data Management), définition du référentiel financier ou encore gouvernance des données, ces projets apportent des solutions concrètes aux Directions Financières pour décloisonner leurs solutions applicatives et réconcilier les différents reportings.



Pourquoi outiller le processus de gouvernance des données de référence ?

Hélène-Camille Thiébault et Pascal Gouelo, Consultants Avant-vente chez Oracle, sur l’offre EPM (Enterprise Performance Management) nous apporte des éléments de réponse:

Pour rendre l’utilisateur métier autonome et le responsabiliser dans la qualité des reportings
Les contrôleurs de gestion, les consolideurs,  les comptables, les responsables financiers des filiales mais aussi les managers opérationnels et plus généralement l’ensemble des profils métier qui sont impliqués dans le pilotage financier devraient pouvoir émettre des demandes d’évolution du référentiel en toute autonomie et de manière industrialisée. La création d’un nouveau centre de coût ou le rattachement d’une entité à une nouvelle activité devraient se réaliser sans rupture entre la réalité opérationnelle, les besoins de reporting qui en découlent et la propagation des impacts dans les applications financières.  Ce mode de fonctionnement en libre-service implique que  les collaborateurs concernés puissent suivre l’évolution de leurs demandes en temps réel. (...)

Pour garantir la cohérence des hiérarchies entre les applications
Les nombreuses applications du Système d’Information Financier partagent généralement tout ou partie des hiérarchies analytiques, gérées en silos. Selon les applications, ces hiérarchies descendent à des niveaux de détail différents, proposent chacune leurs modalités de regroupement (entités légales regroupées en régions, en types d’activité ou par enseigne), et nécessitent de porter des attributs qui sont propres aux besoins de chaque application cible. Afin de respecter les spécificités des applications et des processus de pilotage qu’elles servent, le MDM Financier centralise la gestion des hiérarchies et de leurs relations. (...)

Pour satisfaire les besoins de pilotage locaux spécifiques, en cohérence avec un modèle Groupe
Pour de nombreux groupes, la volonté de garantir l’autonomie et l’indépendance des filiales ou encore de respecter les lignes de métier dans leurs diversités, tout en maintenant la cohérence globale du système est matérialisée par une décentralisation des processus. L’adoption d’un référentiel analytique unique, qui ne prendrait pas en compte les spécificités locales, réglementaires ou de marché, les besoins propres des activités qui composent le groupe, ou qui nécessiterait un effort important dans une filiale qui n’aurait pas vocation à rester au sein du Groupe est une chimère. (...)

Pour faciliter la consolidation de vos différentes activités et accélérer la croissance externe
La consolidation financière des résultats d’un groupe est d’autant plus complexe qu’elle doit prendre en compte les différentes normes locales des filiales et les spécificités des différents métiers qui le composent. Cela ne concerne pas uniquement les conglomérats mais également les multinationales qui se développent autour de leur cœur de métier : on citera les groupes dans le secteur de la distribution dont l’offre s’étoffe de services bancaires, ou encore les  groupes bancaires qui consolident des activités très différentes depuis la banque de détail à la banque d’investissement en passant par le leasing et l’assurance. C’est également le lot des entreprises qui se développent selon une stratégie de croissance externe ou de fusion. Le MDM Financier harmonise les référentiels analytiques et facilite l’intégration de nouvelles sociétés.


Pour analyser les données de référence utilisées dans vos multiples applications
Référencées à un endroit unique dans le Système d’Information Finance, les « master data » peuvent être analysées, comparées et auditées, avec pour objectif d’éviter les erreurs et d’améliorer la qualité des données dans les applications utilisatrices. Ainsi pourra-t-on aisément identifier les différences entre un plan de comptes US GAAP et un plan de comptes IFRS. Il est en effet très difficile d’effectuer cette comparaison quand les plans de comptes sont dans deux solutions applicatives différentes, qu’elles soient ou non publiées par le même éditeur de logiciels d’ailleurs. Imaginez l’ampleur de la tâche quand votre système d’information est constitué de dizaines voire de centaines d’instances différentes (par pays, par métier), sur des systèmes hétérogènes (SAP, Oracle, développements spécifiques, outils bureautiques) !


Pour consulter l'article complet, cliquez-ici


Les bénéfices constatés suite à la mise en œuvre d’un MDM financier sont notamment : 
- La diminution des coûts associés au processus de mise à jour des données de référence (des coûts pourtant réels mais assez peu traçables car très dilués au sein de l’organisation)
- La réduction des risques liés à l’utilisation d’outils inadaptés au pilotage des données de référence :
> Les « master data » encore trop souvent stockées dans des classeurs Excel ou dans des solutions développées en interne, coûteuses, peu évolutives et limitées à quelques fonctionnalités basiques
 > Les workflows (demandes, validations) qui se réduisent généralement à des échanges de mails et d’appels téléphoniques, par essence non structurés et peu traçables
- L’amélioration de la qualité des reportings émis par le SI Finance, en évitant ou en expliquant les écarts entre les chiffres publiés par telle ou telle application
- Le raccourcissement des délais de production des reportings, en propageant les évolutions de l’organisation dans les diverses applications
- Le respect des normes financières locales ou spécifiques à vos différents secteurs d’activité

Pour approfondir ce sujet, vous pouvez visionner le webcast sur « la gouvernance d'un référentiel unifié pour les applications de la fonction Finance »: cliquez-ici

About

about image


Le blog Oracle Applications France vous propose un autre regard sur toutes les applications Oracle : PeopleSoft, Siebel, Oracle E-Business Suite, Oracle Fusion Applications, Hyperion, JDE, ATG...


TWYT


Twitter

Search

Archives
« avril 2015
lun.mar.mer.jeu.ven.sam.dim.
  
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
   
       
Today